Le mot polyvalence s’applique bien à Rosalie Bouchard, qui excelle en cyclisme, au triathlon et en patinage de vitesse.

La double expérience de Rosalie Bouchard

Se qualifier aux Jeux du Québec relève déjà de l’exploit. Imaginez se qualifier dans deux sports différents. C’est ce qu’a réussi Rosalie Bouchard, qui profitera doublement de sa présence à Thetford Mines puisqu’elle participera aux épreuves du triathlon et du cyclisme sur route.

L’athlète d’East Angus aurait même pu prendre part aux épreuves d’athlétisme. Mais la jeune fille de 13 ans devait mettre le focus sur deux sports. Sera-t-il plus difficile de se concentrer sachant qu’elle sera à la fois sur la piste de course et sur sa selle de vélo?

« Non, parce que ces deux disciplines seront présentées lors de deux blocs d’activités différents. Le triathlon sera au début des Jeux du Québec et le cyclisme sur route lors du deuxième bloc, heureusement. »

Comme si ce n’était pas déjà assez, Rosalie Bouchard pratique aussi le patinage de vitesse, allant même jusqu’à participer au championnat provincial en 2017.

« J’aime la vitesse, il faut croire! Ça me donne une bonne dose d’adrénaline », indique-t-elle.

Il s’agira pour elle d’une deuxième participation aux Jeux du Québec. Lorsqu’elle avait 11 ans, elle a obtenu le 37e rang sur 43 coureurs au triathlon. Un résultat acceptable considérant le fait qu’elle était l’une des plus jeunes de la compétition.

Cette fois, ses aspirations sont plus grandes.

« J’aimerais un top 15 au triathlon et un top 5 en cyclisme. Mon objectif est atteignable, surtout pour ce qui est du vélo. J’ai connu une belle saison en terminant souvent dans les cinq premières positions, dont une première position lors du Challenge Lacasse. »

Rosalie Bouchard se dit bien consciente qu’un jour, elle devra se concentrer sur un seul sport. Le choix sera alors difficile à faire.

« D’ici un an, j’aimerais avoir pris ma décision. Cette année, j’allais à l’école secondaire du Triolet, mais l’an prochain j’étudierai à la Ruche à Magog et je serai dans le programme sport-études en triathlon. J’ai encore le temps d’y penser, mais je sais que le temps presse! » résume l’espoir de médailles de la délégation estrienne.