Le portier de Val-d’Or a fait face à 40 tirs, recevant ainsi la deuxième étoile du match.

La défensive du Phœnix donne la leçon aux Foreurs

Les Foreurs ont frappé un mur vendredi soir au Palais des sports. Limitée à 19 tirs et un but marqué, la troupe de Pascal Rhéaume a reçu une leçon de la part de la défensive sherbrookoise. Résultat : le Phœnix l’a emporté au compte de 3 à 1 et l’écart aurait pu être bien plus important sans le brio du gardien visiteur Xavier Bolduc.

Le portier de Val-d’Or a fait face à 40 tirs, recevant ainsi la deuxième étoile du match. 

« Avec les dernières transactions, on a grossi notre défensive, rappelle le défenseur Alexandre Joncas. On est beaucoup plus intimidants et notre rôle est de garder le nombre de tirs à son plus bas chaque soir pour limiter les chances de marquer de l’adversaire. »

« On affrontait le meilleur club de la LHJMQ, explique Rhéaume. Ils ont effectué de bons changements dans leur effectif lors de la période des échanges. Ça paraît! Ils possèdent un très bon gardien et d’excellents défenseurs. Malgré tout, on a su les contenir durant près de 50 minutes malgré la présence de notre gardien suppléant, qui a très bien fait. »

Charles-Antoine Roy en feu

Charles-Antoine Roy a poursuivi sur sa lancée quelques jours après avoir été échangé par les Olympiques de Gatineau en servant une sublime passe à Benjamin Tardif, qui a décoché un tir du poignet parfait dans la lucarne en milieu de première période. Il s’agissait alors du 5e point après seulement 70 minutes de jeu dans l’uniforme du Phœnix puisque le vétéran de 20 ans avait terminé son premier match avec quatre points la veille.

Alors que les Foreurs cherchaient à augmenter leur faible total de tirs devant une défensive sherbrookoise étanche, le Phœnix en a rajouté par l’entremise d’Alexandre Joncas, son premier de la saison.

« Ça fait du bien de marquer des buts importants, note le défenseur. Je n’ai pas souvent l’occasion de le faire, mais j’en profite chaque fois. Je n’ai pas trop réfléchi, j’ai tout simplement dirigé la rondelle vers le filet. »

L’indiscipline aurait pu coûter cher aux deux formations, qui ont obtenu ensemble 11 punitions mineures : six pour le Phœnix, cinq pour les Foreurs. Aucun but ne s’est marqué et c’est plutôt à égalité numérique que Nicolas Ouellet a trouvé la faille dans le jeu de Samuel Hlavaj : 2-1 Foreurs après 40 minutes de jeu.

Hlavaj tente d’imiter Rinne

En toute fin de match, alors que Xavier Bolduc avait regagné son banc au profit d’un 6e attaquant, le gardien Samuel Hlavaj a bien tenté de marquer un but dans une cage déserte, mais la rondelle a été interceptée à la ligne rouge par ses rivaux et Charles-Antoine Roy a scellé l’issue de la rencontre, un sixième point pour lui en deux matchs à Sherbrooke.

« Il fait bien paraître mon directeur général! » lance l’entraîneur Stéphane Julien. 

Au dernier affrontement entre les deux équipes, le Phœnix s’était pourtant incliné au compte de 8 à 4 à Val-d’Or. C’était toutefois Thomas Sigouin devant le filet et un virus l’a empêché de prendre sa revanche vendredi. 

« De la première à la dernière minute, j’ai été très satisfait de notre travail en défensive, soutient Julien. Je ne sais pas pour Pascal, mais je crois que les Foreurs ont disputé l’un de leurs bons matchs de la saison. Les deux équipes patinaient et défensivement, on a peut-être accordé cinq chances de marquer. On doit aussi donner tout le crédit au gardien adverse, qui a été excellent. »

La partie de dimanche compromise

À cause des conditions climatiques de la fin de semaine, la partie contre les Remparts de Québec dimanche à 15 h pourrait être remise. 

L’organisation sherbrookoise invite les partisans à demeurer alertes dimanche matin en suivant les réseaux sociaux des deux formations.

Les billets seraient alors honorés lors de cet engagement repoussé.