Après s’être illustrée sur la scène internationale en boxe, Ariane Fortin offre des formations aux éducateurs physiques afin de leur montrer tous les bienfaits de la boxe chez les jeunes. Elle le fera avec la cofondatrice de Box’éduc Virginie Bacon-Thibeault.

La boxe, le mode de vie d’Ariane Fortin

La boxe, c’est bien plus que donner des jabs et recevoir des uppercuts. C’est aussi un mode de vie. Voilà ce que la double championne du monde et Olympienne Ariane Fortin transmet comme message aux plus jeunes et aux éducateurs physiques après une longue carrière chez les amateurs.

De passage à Sherbrooke vendredi et samedi dans le cadre du congrès de la Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec, l’athlète québécoise s’étant le plus illustrée sur la scène internationale en boxe avait un message clair aux éducateurs : la boxe apporte de nombreux bienfaits aux jeunes. 

« Ça donne de la confiance en soi, ça permet de canaliser plusieurs choses, ça défoule et ça aiguise notre esprit stratégique », lance la médaillée d’or aux Mondiaux de boxe chez les moins de 70 kg.

Cet important rassemblement a comme thème principal le mode de vie physiquement actif en milieu scolaire. Ariane Fortin en a ainsi profité pour présenter le programme Box’éduc aux professeurs, qui sont invités à mettre les gants.

« C’est important de savoir que dans ce programme, les gens ne se frappent pas. Il n’y a pas de contact. Ils s’entraînent pour les bienfaits, pas pour se battre. »

Box’éduc est effectivement un programme scolaire conçu selon les exigences du ministère de l’Éducation à l’intention des enseignants qui désirent faire découvrir la boxe à leurs élèves lors des cours de façon sécuritaire. Le but : être capable de distinguer le courage de l’agressivité.

Donner un sens à son après-carrière

Retraitée depuis trois ans, l’ancienne athlète maintenant âgée de 34 ans construit son après-carrière avec des projets qui lui permettent de donner un sens à ses 16 ans passés dans le monde de la boxe. 

« J’ai touché à beaucoup de choses : analyste de boxe, conférencière et formatrice. Si l’on m’avait dit que j’allais m’investir dans la boxe récréative, j’aurais été la première surprise. Ce n’est pas toujours évident, la vie après une carrière sportive. Aujourd’hui, je sens que ce que je fais permet aux plus jeunes de se sentir mieux. C’est très gratifiant », indique-t-elle.