À sa première participation au Pif, l’équipe de la Boucherie du Terroir a triomphé en classe locale masculine, jeudi soir, grâce à un gain convaincant de 22-3 face aux Bandits.

La Boucherie du Terroir sans pitié

L’équipe de la Boucherie du Terroir n’a pas mis de temps à confirmer son titre de championne de la classe locale, à la 43e édition de la Classique Pif Portes Mackie, jeudi soir. Une première manche de 14 points, sept circuits et une convaincante victoire de 22-3 face aux Bandits.

Il s’agit d’un premier gain pour cette équipe qui fut montée de A à Z à compter du mois de novembre dernier.

Beaucoup de travail, un esprit d’équipe exceptionnel et surtout, un seul objectif commun ont concrétisé cette victoire émotive.

Ainsi, lors de cette très productive première manche, les joueurs de la Boucherie du Terroir n’ont pas fait de quartier à leurs adversaires : avec leurs 14 points en première manche, ils ont égalé la marque détenue jusque-là par Huppé Réfrigération depuis 2016 et ils ont établi un nouveau record avec sept circuits dans la même manche, dont un à l’intérieur du terrain.

Le match à sens unique s’est déroulé à un train d’enfer; 53 minutes et c’était terminé, à un point tel que les organisateurs ont dû tuer le temps un peu avant la présentation des feux d’artifice.

Jamais les Bandits ne se sont remis de ce coup de Jarnac.

Alain Roy a été nommé joueur par excellence de la classe locale, avec une production de 10 coups sûrs en 15 présences, neuf points comptés, quatre circuits et six points produits.

« C’est une victoire qui fait du bien. Tout ça remonte au mois de novembre, on partait de zéro; on a monté l’équipe, on a fait des activités de financement, comme le challenge de qualification qui donnait accès au Pif. On voulait gagner, dans notre ville, et vivre à fond le sentiment », a dit P.A. Lafond, l’un des quatre entraîneurs de l’équipe.

« On avait une recette simple pour la finale; on voulait dicter le tempo. On était prêt, et on l’a démontré. C’était l’objectif. Cette semaine, les gars ont fait les sacrifices et ils n’avaient qu’un objectif en tête. »

Construire une équipe à partir de plusieurs éléments épars peut s’avérer hasardeux et miner la chimie fragile d’une équipe.

« Créer une bonne chimie dans l’équipe était une priorité, et on a fait nos choix en conséquence. Pour la semaine du Pif, on a greffé des gars à l’équipe qui allaient suivre et respecter les décisions. Yannick Blais, qui a gagné le Pif avec Sherbrooke Honda, a été d’une grande aide. Il a guidé les gars, les a aidés à garder le focus. Nos efforts sont récompensés », a dit M. Lafond.

« J’ai beaucoup de respect pour les Bandits, ils ont gagné la qualification du Challenge pour venir au Pif. Carlo Boucher a une belle équipe, ils étaient prêts pour le match, je leur lève mon chapeau. »

En 2017, Sherbrooke Honda avait battu l’équipe Huppé Réfrigération 8-4 en grande finale de la classe locale.

Maintenant que la classe locale a conclu ses activités, c’est maintenant au tour des équipes de la classe invitation à envahir le parc Quintal.

Quant au traditionnel concours de coups de circuit, il est programmé pour samedi à 19 h pour les femmes, et à 21 h pour les hommes.

Les filles du Resto Bar chez Stanley ont ajouté un troisième titre de la classe locale féminine du Pif à leur palmarès.

Le Bar chez Stanley reste intraitable

Avec deux victoires consécutives en autant d’années en grande finale de la classe locale féminine, le Resto Bar chez Stanley partait avec une longueur d’avance avant sa finale face au Bar le Shelby, jeudi soir au parc Quintal. Et les championnes ont répondu aux attentes.

Les filles de l’équipe du Resto Bar chez Stanley ont remporté un troisième titre d’affilé, cette fois par la marque de 16-4 lors d’un match qui a été écourté puisque l’écart des points était de 12 après cinq manches de jeu.

Elles ont démarré le match en trombe en inscrivant trois points dès la première manche, dont deux sur un coup de canon de Dominic Drouin, l’un de ses deux circuits de la rencontre. Elle a d’ailleurs conclu la finale avec cinq points produits.

Chez Stanley a pris une sérieuse option sur la victoire avec trois autres points incrits en fin de quatrième manche. 

Mais les protégées de l’entraîneur Luc Demers ne sont pas tombées à plat devant l’adversité; la formation du Bar le Shelby a tranquillement engrangé les coups sûrs et a ramené l’écart à 6-3 en début de cinquième.

Mais, justement, c’est là que le ciel leur est tombé sur la tête. Le Stanley a incrit 10 points en fin de cinquième et en fin de sixième pour mettre fin prématurément au match.

Marie-Laurence Gaudreault a été la plus productive pour la formation perdante avec deux points produits.

Outre Drouin, Daphnée Alie a fait produire trois points pour les gagnantes.

C’est Sabrina Gaudreau qui a été élue joueuse par excellence de la catégorie. Elle a frappé 11 coups sûrs en 17 présences, avec 11 points marqués, 10 points produits et trois circuits.

« Ça fait déjà cinq ans que je fais partie de cette équipe. Remporter le titre de joueuse par excellence, ça fait chaud au cœur! C’est inespéré! Mais je n’étais pas seule là-dedans, l’équipe a connu tout un tournoi », a-t-elle dit.

« On a démarré lentement, mais par la suite, on a joué le match qu’on devait jouer, et on n’a jamais lâché. »

Un troisième titre en autant d’années au Pif, on s’habitue aux succès?

« Oh non! On ne s’habitue pas au feeling de gagner, c’est tellement intense! »

Les activités de la classe invitation chez les femmes s’amorcent vendredi soir.