En plus de Kim Boutin, 86 autres patineurs étaient présents en fin de semaine à l’aréna Eugène-Lalonde lors de la deuxième compétition du circuit Élite de patinage de vitesse courte piste. Notamment Jordan Pierre-Gilles (1) qui a pris le quatrième rang au cumulatif.

Kim Boutin patine à la maison

La championne olympique Kim Boutin participait samedi à la deuxième compétition du circuit Élite présentée à Sherbrooke. Une présence importante pour l’athlète de Sherbrooke, qui espérait retrouver le rythme et se préparer en vue des compétitions de plus grande envergure.

« Elle a évidemment gagné ses deux courses les mains dans le dos », admet Marie-Claude Farrell, responsable des communications et du protocole au Comité organisateur d’événements en patinage de vitesse.

Kim Boutin a ainsi terminé au premier rang lors des épreuves de 500 m et 1500 m.

Mais il n’y avait pas que la médaillée olympique à l’aréna Eugène-Lalonde ce week-end. 86 autres patineurs et patineuses de vitesse courte piste profitaient aussi de l’occasion pour se préparer, dont 14 membres du Centre national courte piste, incluant le Sherbrookois Jordan Pierre-Gilles.

« J’ai terminé au 4e rang au cumulatif. Je suis relativement content, puisque le 1500 m est ma faiblesse depuis le début de ma carrière et je suis très satisfait de mon 5e rang à cette épreuve. Mon 3e rang au 500 m n’est pas une surprise et au 1000 m, j’ai multiplié les chutes. Mon but en fin de semaine était surtout de me préparer pour les championnats nationaux chez les seniors », informe Jordan Pierre-Gilles.

Dix autres Estriens étaient également de la partie, dont Guillaume Dion (20e), Félix Roussel (29e) et Ann-Sophie Bachand (19e).

« Mon objectif était d’évaluer ma condition physique et de tester ma technique en situation de course, précise Félix Roussel. J’aimerais me qualifier pour les championnats canadiens junior qui auront lieu à Calgary. J’ai démontré que j’avais ma place aujourd’hui surtout en longue piste. »

« J’ai compris ce week-end que lorsque je prenais les devants dans une course, j’avais plus de difficulté à gérer ma fin de course. J’ai plus de facilité en me retrouvant derrière le meneur au 1500 m, parce que je termine avec plus d’énergie. Ça sert à ça notamment, la compétition du circuit Élite », indique de son côté le Magogois Guillaume Dion, qui vise une participation aux Mondiaux dans la catégorie junior cette année.