Justine Dufour-Lapointe

Justine Dufour-Lapointe appuie Maxence Parrot

On dit souvent que le cancer ne fait pas de discrimination. Cela a été prouvé de nouveau la semaine dernière.

Il y a un an, Justine Dufour-Lapointe et ses soeurs annonçaient à la surprise générale que leur mère, Johane, souffrait d’un cancer et qu’elle était en voie de rémission. Jeudi, la cadette des soeurs Dufour-Lapointe a tenu à livrer un message d’encouragement à une autre victime de cette terrible maladie qu’elle connaît bien.

Le planchiste Maxence Parrot a en effet annoncé le 17 janvier qu’il a été diagnostiqué du lymphome de Hodgkin et qu’il consacrera son temps et son énergie à combattre la maladie, mettant ainsi un terme à sa saison 2018-2019.

Au moment de l’annonce, Justine Dufour-Lapointe se trouvait à Lake Placid, pour une étape de la Coupe du monde de bosses. Elle a confié avoir éprouvé de la difficulté à garder sa concentration sur la tâche à accomplir - ce qui n’explique pas, jure-t-elle, sa décevante 19e place au cumulatif.

«J’ai eu une grosse, grosse pensée pour lui, a-t-elle admis en prenant une profonde respiration pour retenir ses larmes. Ç’a fait un pincement au coeur, c’est certain. Le cancer fait partie de nos vies depuis deux ans maintenant, et c’est la pire chose qu’il puisse arriver à quelqu’un. Je compatis beaucoup avec Maxence. Je me sens émue.

«Je ne peux imaginer comment il doit se sentir. C’est sûr que c’est un gros défi qu’il a devant lui, mais en même temps je suis certaine que sa jeunesse, sa fougue et son esprit compétitif vont l’aider. Je sais qu’il va être capable, c’est certain. Si ma mère l’a relevé, je n’ai aucun doute que Maxence va remporter son combat lui aussi», a-t-elle ajouté.

La bosseuse âgée de 24 ans a confié avoir souvent croisé Parrot pendant ses épreuves aux Jeux olympiques de Pyeongchang l’hiver dernier, et elle a précisé «qu’on se connaît un peu, tout de même».

«Je crois que nous avons tous un petit ‘tiger’ en-dedans de soi qui est affamé, et quand il y a un but aussi clair (que de vaincre le cancer), je crois que c’est facile d’allumer le feu», a-t-elle déclaré, stoïque, à l’occasion d’une conférence de presse lançant les activités de la Coupe du monde de ski acrobatique de Mont-Tremblant.

Selon la championne olympique aux Jeux de Sotchi en 2014, l’entourage de Parrot, ainsi que son profil psychologique en tant qu’athlète élite, contribueront à l’aider à vaincre le cancer.

«Oh oui!, a assuré celle qui a récolté l’argent aux Jeux de Pyeongchang. En tant qu’athlète, nous sommes confrontés à des épreuves à tous les jours, et nous devons trouver des solutions rapidement. Tu ne peux pas attendre ou remettre à demain les problèmes auxquels tu es confronté. C’est souvent là, dans la prochaine heure, qu’il faut trouver une solution et avancer.

«Et ça, ça nous touche dans toutes les sphères d’activités - autant au niveau technique qu’au niveau aérien, en physio, pour les traitements, c’est partout -, mais nous sommes entourés. Et ça, c’est une chance en or. L’entourage, c’est ce qui te donne de la perspective.

«De plus, j’ai lu sur le lymphome de Hodgkin que l’activité physique avantageait le patient, a-t-elle mentionné. Donc, selon moi, le fait qu’il soit un athlète, c’est ce qui constitue sa meilleure chance de s’en sortir. Vous savez, un athlète doit toujours voir le bon côté des choses; c’est ça ta ‘job’!»

La championne en titre de l’épreuve des bosses à Mont-Tremblant a cependant convenu que Parrot devra surmonter bien des étapes avant de recouvrer la santé, mais elle s’est offerte pour l’accompagner dans cette difficile épreuve.

«S’il a besoin de parler, je suis là pour lui, a-t-elle dit. Parce que je crois que c’est ce qu’il y a de plus difficile dans ces moments-là; on se sent très seul. Évidemment, je ne l’ai jamais vécu personnellement, mais ma mère l’a vécu et moi j’en ai été très affectée. C’est donc ce que j’ai à lui offrir: mon oreille.»

Quant à elle, Justine Dufour-Lapointe n’a pas à chercher bien loin pour justifier son optimisme envers Parrot: elle était flanquée de sa mère, en pleine forme, pour l’occasion au bas des pistes.

Entre-temps, les séances d’entraînement prévues jeudi ont été annulées en raison des mauvaises conditions météorologiques. Les bosseurs pourront se reprendre vendredi, avant les qualifications et les courses qui auront lieu samedi.