Le Sherbrookois Tristan Fernet, qui s’alignait avec les Chevaliers de Lévis cette saison, a remporté  le Trophée des Gouverneurs de la LHJMQ attribué à la personnalité académique (meilleur étudiant) de l’année dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec.
Le Sherbrookois Tristan Fernet, qui s’alignait avec les Chevaliers de Lévis cette saison, a remporté  le Trophée des Gouverneurs de la LHJMQ attribué à la personnalité académique (meilleur étudiant) de l’année dans la Ligue de hockey midget AAA du Québec.

Justin Fernet nommé personnalité académique du midget AAA

MAGOG — Il s’agit chaque année d’un des prix les plus convoités au Gala des champions de la Ligue midget AAA du Québec. Le Trophée des Gouverneurs de la LHJMQ attribué à la personnalité académique (meilleur étudiant) de l’année est allé au Sherbrookois Justin Fernet, porte-couleurs des Chevaliers de Lévis, pour la saison 2019-2020.

Fernet a été préféré aux 14 autres finalistes, un par équipe, dont Mathys Poulin des Cantonniers de Magog et Jérémy Duhamel, un autre hockeyeur estrien, membre des Forestiers d’Amos. 

Les 15 finalistes ont reçu une bourse d’études de 1000 $ de la Coop Fédérée. Pour sa nomination, Justin Fernet a reçu une bourse supplémentaire du même montant.

Fernet, un choix au repêchage des Mooseheads de Halifax en 2019, était honoré de recevoir ce prix. Dans son discours de remerciements, il a souligné l’excellent encadrement de son équipe de hockey, ses enseignants à l’école secondaire de Pointe-Lévy, sans oublier ses parents.

«Mes parents m’ont toujours appuyé à 100 pour cent depuis que je joue au hockey. Cette année, tout était nouveau pour moi:  la ville, les coéquipiers, l’école, la pension. La situation était différente aussi pour mes parents, mais ils étaient toujours là, même si quelque 200 kilomètres nous séparaient. Il m’arrive de belles choses et je leur dois beaucoup», a-t-il déclaré.

«C’est un prix qui s’inscrit bien dans un CV. Je suis content de compléter mon stage midget AAA sur cette note», de renchérir celui qui se tournera vers nos voisins du Sud, plus précisément avec l’école Taft, un prep school du Connecticut, pour y poursuivre ses études et sa carrière de hockeyeur la saison prochaine.

«Je vais écouler deux ans à cette école en espérant que cela m’ouvrira les portes de la NCAA.»

Le virus s’interpose

La saison 2019-2020 avait pourtant mal débuté pour le défenseur de 17 ans quand il a été retranché au camp des Cantonniers, laissant par le fait même ses amis derrière lui.

«J’étais déçu, mais pas détruit. J’étais confiant de voir une autre équipe me réclamer au repêchage spécial de la ligue. Les Chevaliers avaient certainement une bonne idée de ce que je pouvais leur apporter. Ils m’ont fait une place avec eux même si je n’ai pas eu la chance de me faire valoir, car je m’étais blessé au camp à Magog juste avant d’être coupé. On a eu à une très bonne saison. On avait le sentiment à Lévis que nous avions tous les éléments pour aller jusqu’au bout et les dernières semaines de la saison l’ont clairement démontré», a fait valoir Fernet.

Ce dernier ajoute que les Chevaliers n’obtiennent pas le crédit qui leur revient. 

«Les Cantonniers ont terminé tout juste devant nous au premier rang du classement général même si notre début de campagne a été atroce.  Cela témoigne de notre progression.  Nous les avons battus deux fois sur trois. Je pense que ce sont les séries qui auraient déterminé laquelle des deux équipes était la meilleure. Comme les séries n’ont pas pu se terminer en raison de la COVID-19, tout le bon travail et parcours que nous avons fait à Lévis passe un peu dans le beurre. Les Cantonniers reçoivent tous les honneurs et nous rien. Cela ne reflète pas la réalité, mais en même temps nous sommes à la merci du virus qui s’est interposé bien malgré nous», a souligné Justin Fernet.

N’allez pas croire que celui-ci jalouse les Cantonniers ou qu’il veut leur porter ombrage. Il a trop d’amis dans l’équipe pour laquelle il rêvait de s’aligner. De plus, lors du Gala virtuel de la ligue, il a pris la peine de saluer ses amis Mathys Poulin et Jérémie Duhamel qui étaient finalistes au titre du meilleur étudiant de  l’année.

Le jeune homme a de la classe à revendre.