Justin Bergeron joue avec aplomb et assurance chez les Cantonniers de Magog depuis le début de la saison. Il fait partie d’une brigade défensive qui montre la meilleure moyenne de buts alloués dans le circuit Lévesque.

Justin Bergeron, un vétéran qui s’assume

Le statut de vétéran va comme un gant à Justin Bergeron des Cantonniers de Magog. Après sept semaines d’activités, la formation magogoise, en plus de trôner au premier rang du classement général de la Ligue midget AAA du Québec, affiche la meilleure moyenne de buts alloués du circuit Lévesque avec seulement 19 buts accordés en 12 parties. Bergeron n’est pas étranger au fait que les Cantonniers soient à ce point pingres en défensive.

Le principal intéressé refuse de prendre tout le crédit. « C’est le fruit d’un effort collectif. Les joueurs d’avant sont responsables en repli défensif. Notre brigade défensive dont je fais partie a elle aussi son travail à accomplir dans notre territoire. Finalement, quand la rondelle se rend à nos gardiens, ils répondent en repoussant l’adversaire. Nous ne sommes pas parfaits, loin de là, mais on essaie de mettre la table pour nous donner les meilleures chances de victoire », souligne celui qui totalise neuf points, dont trois buts, depuis le début du calendrier régulier, ce qui en fait le défenseur le plus productif de l’équipe.

En fin de semaine dernière, Bergeron a pris le taureau par les cornes et a joué un grand rôle dans la victoire des siens au domicile du Séminaire Saint-François après une défaite de 2-1 la veille contre les Albatros du Collège Notre-Dame de Rivière-du-Loup.

« C’était inacceptable de la façon qu’on a joué contre les Albatros. On va en perdre des parties, mais quand on refuse de batailler et qu’on s’imagine qu’il suffit de sauter sur la glace pour l’emporter, on se tire dans le pied. J’espère qu’on a eu notre leçon », affirme Bergeron qui n’hésite pas pour exercer le leadership qu’on attend généralement d’un vétéran qui a goûté aux grands honneurs de l’équipe la saison dernière.

« J’étais plus discret l’an dernier avec des vétérans comme Jacob Dion et Isaac Belliveau devant moi. À titre de recrue de 15 ans, j’étais davantage dans un rôle de soutien. Maintenant, c’est à mon tour de prendre les commandes. J’adore ça. Je suis plus impliqué aussi dans le vestiaire. Je crois que ça paraît dans mon jeu », fait valoir celui qui ne s’inquiète pas pour la récente baisse de régime de l’équipe en attaque.

« Je crois qu’on a juste manqué de finition autour du filet adverse. On a quand même des ajustements à apporter », enchaîne-t-il.

Loïc, le frère

Justin Bergeron s’inspire de son frère Loic cette saison. « Il n’a jamais été repêché par une équipe de la LHJMQ après avoir joué deux saisons avec les Cantonniers. Il est passé par les Cougars du Collège Champlain. Il croyait en lui et le voici avec les Huskies. Il est passé devant des gars qui avaient été sélectionnés dans le junior majeur. C’est vrai que j’ai été repêché par les Olympiques de Gatineau après la dernière saison, mais notre parcours se ressemble à bien des égards depuis nos débuts dans le hockey mineur. Loic m’inspire beaucoup. »

S’il joue avec beaucoup plus de confiance, Justin Bergeron le fait aussi en portant un nouveau numéro, lui qui a troqué le 77 pour le 9 cette saison. « Il n’y a pas de raison particulière pour ce changement. Il me semble qu’un petit numéro, c’est plus pour un défenseur. Il n’y a pas d’autre signification. Tant mieux si ça me porte chance «, a-t-il précisé.