Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Est-ce que les golfeurs devront porter un match pour pratiquer leur sport préféré cet été?
Est-ce que les golfeurs devront porter un match pour pratiquer leur sport préféré cet été?

Jouer au golf avec un masque? Golf Québec en attente

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Le beau temps s’installe, les terrains de golf amorcent tranquillement leur saison. Mais en ce début de printemps, il se peut que les golfeurs et golfeuses soient obligés de porter un masque afin de pratiquer leur sport préféré.

Les nouvelles mesures sanitaires mises en place pour les régions en zone orange comme l’Estrie, et annoncées par le gouvernement Legault mardi soir précisent en effet que : « Lors des activités extérieures en groupe (maximum de 12 personnes), port du masque ou du couvre-visage obligatoire lorsque les personnes ne résident pas ensemble ».

Mais est-ce que le golf est une activité de groupe, ou un sport individuel?

Golf Québec n’a pas la réponse et l’organisme attend, justement, des précisions à ce sujet, dit François Roy, directeur général adjoint à Golf Québec.

Car jusqu’à présent, le gouvernement avait indiqué que le virus de la COVID se propageait plus difficilement à l’extérieur. Une donnée qui semble avoir changé depuis l’arrivée des différents variants.

« Si ces mesures ne sont pas tout à fait claires pour les amateurs, c’est la même chose pour nous en ce moment. On a lancé quelques lignes à l’eau, on est en attente de réponses. On a interpellé des gens auprès du gouvernement et à SPORTSQUÉBEC, et d’autres fédérations afin de comprendre les nouvelles mesures. D’habitude, le gouvernement nous envoie ce qu’on appelle un napperon le lendemain de l’annonce de nouvelles mesures, qui amène de bonnes précisions. Mais là, on n’a rien reçu encore. »

« C’est possible que ce soit ça, la mesure. Et si c’est le cas, on va demander aux golfeurs de l’appliquer, tout simplement. Peut-être que les gens devront porter le masque dès qu’ils débarquent de leur véhicule, et jusqu’au tertre de départ, ça pourrait être ça. Si c’est en tout temps, on s’ajustera aussi », a continué M. Roy.

« Surpris? Oui et non. Quand on voit ce qui se passe en Ontario, il est bien logique de prendre des mesures pour avoir un été plaisant. Ça nous permettrait de garder les clubs de golf ouverts. »

Le golf est un peu dans une zone grise par rapport aux mesures annoncées mardi; ce n’est pas vraiment une activité ou un sport de groupe, mais on peut y jouer en solo, en duo, en trio ou en quatuor.

« Le golf est une activité en pratique libre individuelle, aidée par la distanciation physique facilement applicable entre les joueurs, et avec les autres groupes de joueurs, devant et derrière. On entre largement dans les standards du huit joueurs en zone rouge et du 12 joueurs admissibles en zone orange. Ce n’est pas un problème. Reste à voir si le gouvernement va spécifier les endroits où le masque devra être porté. On n’a pas ces réponses-là », a poursuivi François Roy.

« On avait en effet cette connaissance que le virus se propageait moins, ou voyageait moins à l’extérieur, mais je pense que c’est la venue des variants qui fait la différence et qui amène une croissance phénoménale dans certaines régions du Canada, comme en Ontario ou en Colombie-Britannique. L’important, c’est de redonner le parcours aux gens qui ont envie de sortir et de s’amuser et de se changer les idées. Aussi, ça donne des emplois à beaucoup de monde. Ça aussi, c’est important. »