Jonathan Drouin a donné tout un spectacles aux Sherbrookois, samedi.

Jonathan Drouin veut rebondir

SHERBROOKE — Jonathan Drouin veut rebondir. Le #92 du CH s’est dit insatisfait de la fin de sa dernière campagne et travaille fort durant la saison morte pour connaître une saison à la hauteur des attentes.

De passage à l’aréna Philippe-Bergeron pour participer au tournoi À bout de souffle pour la fondation David Perron-Attitude Hockey, le joueur du Tricolore semblait voler sur la glace. « C’est une grosse saison pour moi. Je n’ai pas été satisfait de ma fin de saison l’an passé. Je connais un bel été jusqu’à maintenant, je m’entraîne fort et je pratique. Je veux arriver prêt en septembre pour le camp d’entraînement. Je m’en vais dans la bonne direction », assure-t-il.

Le joueur de 24 ans en est déjà à sa cinquième saison dans le circuit Bettman. « Chaque année, à n’importe quel niveau, mais surtout dans la Ligue nationale, au début c’est plus difficile. Tu commences à comprendre la ligue et les joueurs qui évoluent autour de toi. Avec le temps, tu t’habitues, tu commences à devenir plus mature. C’est facile à comprendre ce qu’il me manquait. Avec Dominique Ducharme [NDLR L’entraîneur adjoint du Canadien], on a regardé ce qu’il s’était passé. On a regardé les vidéos. Ça m’a aidé », a-t-il mentionné, sans vouloir préciser sur quels aspects il voulait travailler. « C’est entre le personnel d’entraîneur et moi! » s’est-il contenté de répondre.

Nouvelle acquisition

Jonathan Drouin semble à l’aise avec les acquisitions qu’a faites son directeur général Marc Bergevin au cours de l’été. Ben Chiarot viendra notamment prêter main-forte à la défense du Tricolore. « J’ai joué contre lui à Winnipeg et c’est un défenseur physique qui se présente tous les matchs, analyse le #92 des Canadiens. Il a un bon coup de patin pour sa grosseur. C’est un bel ajout défensivement. »

Pour Drouin, le Canadien n’est pas l’équipe la plus talentueuse de la LNH, mais peut tout de même gagner tous les soirs. « Même sans les acquisitions, on était confortables avec notre équipe l’an dernier. On est capable de compétitionner avec n’importe qui. Notre identité, c’est de travailler fort. On a eu un bel été, on a encore de l’argent pour signer Max Domi et c’est une bonne chose qu’on la garde pour ça », pense l’attaquant qui a inscrit 53 points dont 18 buts en 81 rencontres la saison dernière. 

Belle expérience pour Voyer

Le vétéran du Phœnix de Sherbrooke, Alex-Olivier Voyer, a eu la chance de jouer dans la même équipe que Jonathan Drouin lors du tournoi. « Je suis vraiment content. C’est tout un joueur de hockey, je pense que les fans ne sont pas déçus, il donne tout un spectacle. Je m’arrange pour lui mettre la rondelle sur la palette. Il est vraiment confiant avec la rondelle. C’est un bon gars, il ne me connaissait pas, mais il nous a mis à l’aise lorsqu’on est arrivés dans la chambre même si nous étions des juniors, Alex D’Orio et moi. On est contents d’être dans son équipe et de pouvoir jouer avec lui », pense le joueur de 20 ans.

En plus de Jonathan Drouin, Voyer a pu côtoyer plusieurs vedettes de la LNH. « Je me sens choyé, je profite du moment. Ce sont des vedettes de la Ligue nationale de hockey. J’ai grandi en les regardant jouer et en rêvant d’être à leur côté », résume-t-il. 

Jonathan Drouin a pris une vingtaine de minutes pour signer des autographes à ses partisans.

+

Ce qu'ils ont dit

Maxime Comtois, Ducks d’Anaheim : 

Maxime Comtois

« Ce fut un été quand même assez court! Je suis arrivé chez moi au mois de juin. Cette année, je n’ai pas de camp au junior, ni pour Hockey Canada. J’ai plus de temps pour m’entraîner. L’année dernière a été assez longue, avec beaucoup de nuits à l’hôtel [NDLR Il a commencé la saison avec les Ducks d’Anaheim, a poursuivi au Championnat du monde de hockey junior et a terminé avec les Voltigeurs de Drummondville, son équipe junior]. J’ai pu apprendre de plusieurs niveaux et de plusieurs personnes. Je me présente au camp des Ducks comme si je n’avais pas fait l’équipe l’an dernier. Je veux prouver ma place, je ne veux pas arriver là en pensant que c’est acquis pour moi. Beaucoup de jeunes vont travailler fort pour avoir des postes. »

Kristopher Letang, Penguins de Pittsburgh : 

Kristopher Letang

« On s’entraîne dans le gym tous les jours, mais ce n’est pas le même type d’entraînement. Ça fait du bien d’être sur la glace avec un tempo comme celui-là. Chez les Penguins, c’est un nouveau départ pour Phil Kessel et c’est un nouveau départ pour Galchenyuk qui s’en vient avec nous. Il va avoir la chance de jouer avec des joueurs de centre de haut calibre. Ça va être une belle expérience pour lui et va pouvoir se prouver. J’ai patiné souvent à Brossard avec lui. »

Anthony Duclair, Sénateurs d’Ottawa : 

Anthony Duclair

« J’ai bien terminé la saison à Ottawa, j’étais confiant que j’allais y retourner. On est en mode reconstruction, on a beaucoup de bons jeunes joueurs et on a signé quelques bons vétérans qui vont aider dans la chambre. Le vestiaire sera différent de l’an dernier, il y a eu beaucoup de changements. On est contents de la direction où on s’en va. Il faut arriver là, travailler le plus fort qu’on peut et donner une bonne impression à notre nouveau personnel d’entraîneurs. Les joueurs se concentrent sur le hockey. Les autres choses vont se régler elles-mêmes. »

Brandon Gignac, Devils du New Jersey :

Brandon Gignac

« J’essaie d’apprendre avec les vétérans. L’an passé ç’a bien été, j’ai réussi à jouer ma première partie dans la LNH. C’était fou, je n’avais pas de mots. Ils m’avaient appelé à minuit pour jouer le lendemain à New York. Je n’ai pas dormi de la nuit! C’était un beau moment pour moi et ma famille, qui a été capable de venir. [D’avoir joué une partie], ça me montre que l’organisation a de l’intérêt. Ils sont allés chercher beaucoup de morceaux, mais je vais donner mon maximum pour jouer avec l’équipe. [...] J’ai regardé Subban toute ma jeunesse, j’ai hâte de le voir en vrai.

Frédérick Gaudreau, Predators de Nashville : 

Frédérick Gaudreau

« Je ne dirais pas que j’ai perdu ma place, c’est à refaire toutes les années. J’ai eu une opportunité de bien paraître en finale de la coupe Stanley et c’est ce qui s’est passé. L’an dernier, c’était une situation où ils ont jugé que c’est ce qu’ils voulaient pour moi. Malgré tout, j’ai continué à travailler fort, j’ai gardé un esprit positif et j’ai tenté de m’améliorer. C’est ce qui est important, ce n’est pas de tenter les choses que tu ne peux pas contrôler [...] Je me présente au gym avec l’idée de devenir meilleur et de continuer à m’amuser. C’est pour ça qu’on joue au hockey. Le mindset n’a pas changé. Quand l’opportunité va être là, je serai prêt. »