Jérémy Roy ne semble pas du tout nerveux à quelques jours des Jeux du Québec. L’un des avantages d’en être rendu à une troisième participation à cet événement.

Jérémy Roy : Le plaisir dans la mire

Sans même un brin de nervosité, Jérémy Roy se présentera aux Jeux du Québec le 27 juillet prochain en espérant ajouter des médailles à sa collection déjà bien garnie. L’athlète de Cookshire-Eaton en sera à une troisième participation à l’épreuve du tir à l’arc aux Jeux du Québec et semble bien conscient que le plaisir sera la clef de son succès.

Il avait 11 ans lorsqu’il s’est présenté à Longueuil pour ses premiers Jeux du Québec. Quatre ans plus tard, il sait très bien ce qui l’attendra lors de la 53e Finale présentée à Thetford Mines.

« L’ambiance est toujours au rendez-vous. Il y a quelque chose de spécial au village des athlètes. Oui, je veux me surpasser, mais je veux avoir du plaisir avant tout. À mes deux premières participations, j’ai compris que si je m’amusais, j’allais obtenir de bons résultats », indique le jeune homme de 15 ans.

S’il s’est retrouvé au pied du podium en 2014 avec une quatrième position au tir concentrique et une cinquième place au tir animalier, Jérémy Roy s’est bien repris en 2016 avec deux médailles d’argent.

« J’avais un plus grand désir de performer. Le stress était moins présent et j’avais aussi plus d’expérience », dit-il.

Cette fois, Jérémy Roy refuse de se fixer des objectifs de performance.

« La cible sera maintenant à 50 m de moi. Je me retrouve chez les plus vieux depuis cette année. La cible s’est éloignée de 20 m, ce qui fait une grande différence. C’est donc difficile de prévoir ce qui se passera aux Jeux, mais je crois bien pouvoir gagner une médaille si tout va bien », avance Jérémy Roy. Il faut avouer que le tireur à l’arc a déjà participé à des rendez-vous d’une plus grande ampleur. Comme un championnat mondial ou bien le camp préparatoire organisé en vue des Jeux du Canada.

« Je ne suis pas très nerveux. Je veux surtout profiter du moment! »

Une passion contagieuse

Il est assez rare de voir un enfant s’intéresser au tir à l’arc comme l’a fait Jérémy Roy. Un concours de circonstances l’a projeté vers cette discipline. Et depuis, il a la piqûre.

« Toute la famille fait du tir à l’arc. Mon père est d’ailleurs mon entraîneur », informe-t-il.

Patrick Roy sera effectivement présent à Thetford Mines tout comme sa sœur Joanny Roy (deuxième au monde en tir animalier), qui accompagnera les sept autres athlètes estriens inscrits dans cette discipline.
« Je crois que notre délégation sera à surveiller au tir à l’arc. Elliot Rémillard pourrait très bien aider l’Estrie à obtenir une médaille de plus! » renchérit Jérémy Roy.