L’ancien des Cantonniers de Magog Jérémy Jacques a visité les installations du Phœnix de Sherbrooke, qui détiennent ses droits dans la LHJMQ, ce qui a déclenché une série de rumeurs que le défenseur tient à faire taire : « Je suis à Waterloo pour y rester ».

Jérémy Jacques fait taire les rumeurs

Après une visite des installations du Phœnix de Sherbrooke durant les Fêtes, l’espoir Jérémy Jacques est le sujet de quelques rumeurs et le jeune défenseur s’est empressé de les faire taire. Rejoint par La Tribune à Waterloo en Iowa, le jeune défenseur admet avoir entendu plusieurs choses à son sujet lors des derniers jours. Mais il n’est pas question pour lui de quitter bientôt les États-Unis et sa nouvelle formation, les Black Hawks.

« J’ai effectué une visite du Palais des sports et j’ai parlé aux gens de l’organisation du Phœnix, souligne le choix de 2e tour des Wildcats de Moncton lors du dernier encan. Je n’avais pas eu la chance de les rencontrer plus tôt cette saison lorsque j’ai été échangé à Sherbrooke. J’ai aimé ce que j’ai vu, mais pour l’instant, je suis à Waterloo pour y rester. »

Impliqué dans la transaction envoyant Anderson Macdonald à Moncton, Jérémy Jacques se plaît bien dans la USHL.

Malheureusement pour lui, il a subi une fracture au bras lors de son quatrième match avec les Black Hawks, peu après avoir été échangé par le Steel de Chicago.

« L’entraîneur du Steel m’avait recruté, mais il s’est trouvé un emploi au sein du personnel des Predators de Nashville et le nouvel entraîneur ne semblait pas vouloir développer les jeunes joueurs du club. Il y a six joueurs de 16 ans dans la USHL et il y en avait trois à Chicago. J’ai donc été échangé. Mais un contact accidentel m’a causé une blessure et depuis, je voyage avec l’équipe sans jouer. »

L’ancien membre des Cantonniers de Magog a rechaussé les patins pour la première fois depuis longtemps et s’approche d’un retour au jeu.

« J’espère pouvoir jouer dans une semaine ou deux. J’ai encore de la douleur au bras lorsque je lance. Je mise encore sur la ligue universitaire américaine pour l’instant, alors ça se peut très bien que je sois ici l’an prochain », souligne celui qui appartient aussi à la formation de l’Université Nebraska-Omaha.

« Son plan pour le moment est de terminer la saison dans la USHL, confirme de son côté le directeur général du Phœnix, Jocelyn Thibault. Il réévaluera le tout après la saison. Par contre, j’aimerais bien qu’il finisse la saison avec nous. La rencontre avec lui s’est bien déroulée. J’espère qu’il considère sérieusement de jouer ici un jour et on y croit encore. »