Jérémy Gagnon-Laparé, comme ses coéquipiers, n’a jamais vu venir la dissolution de son équipe, le Fury d’Ottawa. La nouvelle a eu l’effet d’une bombe chez l’athlète de 24 ans.

Jérémy Gagnon-Laparé en quête d’une nouvelle équipe

Jérémy Gagnon-Laparé devra se dénicher un nouveau domicile pour poursuivre sa carrière dans le monde du soccer. Le Magogois filait le parfait bonheur avec la formation d’Ottawa dans la United Soccer League (USL). Il se voyait déjà amorcer une troisième saison avec le Fury en 2020, mais il doit maintenant composer avec une réalité plus sombre avec l’annonce par l’état-major de l’équipe de la capitale nationale qu’elle fermait les livres.

Gagnon-Laparé, comme ses coéquipiers, n’a jamais vu venir le coup. La nouvelle a eu l’effet d’une bombe chez l’athlète de 24 ans.

« Une semaine après notre élimination en séries j’ai eu une bonne rencontre avec le directeur général (Julian de Guzman) du Fury. Il m’a assuré que l’organisation comptait sur moi pour être un joueur important. Il m’a aussi laissé savoir que l’objectif était de renouveler 70 à 80 pour cent de l’effectif des joueurs. Après tout, on venait de connaître une excellente saison. Rien ne laissait présager que l’équipe était sur le point de cesser ses opérations. À peine quatre ou cinq jours plus tard, le club n’a pas réussi à obtenir le feu vert pour participer à la saison 2020 de la USL. On connaît la suite. J’étais choqué », a mentionné Gagnon-Laparé.


« Mes deux saisons avec le Fury ont été bénéfiques pour mon développement. J’ai prouvé que j’avais ma place comme régulier dans cette ligue. »
Jérémy Gagnon-Laparé

Au lieu de broyer du noir, ce dernier s’est résolument mis à la tâche pour se dénicher un emploi avec une autre formation. « J’ai contacté rapidement mon agent qui a multiplié les appels téléphoniques auprès des autres équipes de la ligue pour vérifier les options qui se présentaient à moi. Il y a des équipes qui ont déjà manifesté de l’intérêt et d’autres pas du tout. Il y a aussi des équipes qui n’ont pas fermé la porte mais qui doivent régler des dossiers plus importants comme des changements d’entraîneur avant de penser à offrir des contrats à de nouveaux joueurs », souligne l’ancien de l’Impact de Montréal en 2014, 2015 et 2016.

Confiant

Jérémy Gagnon-Laparé demeure confiant de trouver preneur pour la prochaine saison. Pour le moment, la destination reste inconnue. « Mes deux saisons avec le Fury ont été bénéfiques pour mon développement. J’ai eu énormément de temps de jeu et mon rôle au sein de l’équipe a grandi tout au long de la saison. Mes 33 titularisations sur 38 toutes compétitions confondues en témoignent. J’ai eu l’impression de devenir une pièce maîtresse dans une équipe qui a connu beaucoup de succès. J’ai prouvé que j’avais ma place comme régulier dans cette ligue. »

Celui-ci ne dit pas non à un retour en Europe après avoir évolué en 4e division en France en 2017. « Je ne dois rien écarter, mais ce n’est pas ma priorité. L’Europe est un marché hyper difficile à pénétrer, surtout lorsqu’on parle des divisions professionnelles. »

Chose certaine, Gagnon-Laparé est loin de penser à accrocher ses crampons. « Quand je n’aurai plus de plaisir à jouer au soccer, je tournerai la page. Mais il me reste encore trop de choses à apprendre et à accomplir pour penser m’arrêter », fait-il valoir.

Gagnon-Laparé s’est servi des réseaux sociaux pour remercier la population d’Ottawa de leur appui à son égard et envers tous les membres de l’équipe.

« Je me suis senti comme à la maison à Ottawa. Les partisans étaient formidables. Bonne chance à tous mes anciens coéquipiers pour le futur. Ottawa sera à jamais dans mon cœur », a révélé Jérémy Gagnon-Laparé.