Jean-François Grégoire est le nouvel entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau.
Jean-François Grégoire est le nouvel entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau.

Jean-François Grégoire prend la barre du Drakkar

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Le Sherbrookois Jean-François Grégoire est le nouvel entraîneur-chef du Drakkar de Baie-Comeau.

Celui qui amorce présentement une troisième saison avec l’équipe de la Côte-Nord a été l’assistant de Martin Bernard et de Jon Goyens, au cours des deux dernières années avec le Drakkar.

Grégoire succède donc à Goyens, qui a remis sa démission à l’organisation, vendredi dernier, pour des raisons personnelles, après seulement une saison à la barre de l’équipe.

C’est la première fois que Grégoire entamera une saison à la barre de l’équipe. Il a déjà été entraîneur-chef par intérim, avec les Voltigeurs de Drummondville, pendant une demi-saison, en 2016.

«Tout s’est fait rapidement, vendredi, après le départ de Jon. J’ai eu l’appel de Pierre Rioux (directeur général de l’équipe) et j’ai immédiatement rencontré la direction de l’équipe. Pour eux, c’était un processus relativement nouveau, mais j’ai senti dans notre conversation qu’ils avaient confiance en moi, et j’ai un bon feeling», a dit Grégoire.

«Je suis content, je vais pouvoir continuer à travailler au niveau du développement. Ce qui a été reconnu, dans la conversation d’embauche, c’est qu’on va avoir une équipe jeune, et qu’on va continuer le processus de développer ces jeunes. C’est quelque chose que je connais bien, le développement. L’autre chose, ils ont reconnu que j’étais rendu là dans mon cheminement, alors ils étaient prêts à me donner la chance de diriger l’équipe. Je suis content de ça. Je suis aussi content d’accéder à un poste d’entraîneur-chef de la bonne façon. Ce fut un long processus, mais j’ai fait les choses dans le bon ordre, en étant loyal à l’organisation et avec les gens avec qui j’ai travaillé. Dans le monde du hockey, ce n’est pas toujours la façon qui va payer, mais je voulais accéder à ce poste à ma façon.»

Jean-François Grégoire a également été assistant avec le Titan d’Acadie-Bathurst, les Olympiques de Gatineau, entraîneur associé à Drummondville, avant de débarquer à Baie-Comeau.

«Je me sens prêt. Aujourd’hui (dimanche), je vais savourer. Je reçois plein d’appels, de messages textes, je suis content. Je vais prendre le temps d’apprécier le moment et de le vivre, mais je sais dans quoi je m’embarque et ça commence demain matin. Je viens d’une famille de hockey! On regarde en avant, le gros travail commence et je suis prêt pour ça.»

Le Drakkar a terminé au 15e rang du classement général à l’issue de la dernière saison, écourtée par la pandémie de la COVID.

Il y a deux ans, Baie-Comeau a terminé au quatrième rang du classement de la LHJMQ, avant de s’incliner au premier tour éliminatoire face aux Wildcats de Moncton, une vive déception à l’époque.

«Avec cette saison qui s’amorce, avec toutes les mesures exigées par la COVID, c’est du nouveau pour tout le monde, de l’inconnu qu’on va vivre, ensemble. Il faudra voir comment les joueurs vont se comporter dans des matchs sans spectateurs, auront-ils la même intensité? Il y a beaucoup de distractions, alors il faudra faire en sorte de contrôler ce qu’on peut contrôler», a dit le Sherbrookois.

«L’autre défi, c’est de développer nos jeunes. Ce qu’on veut depuis que Pierre Rioux est en poste, c’est de bâtir nos équipes par le repêchage, alors il faut développer nos espoirs pendant la saison, pour le futur.»

Jean-François Grégoire que le processus d’embauche d’un adjoint s’amorcera dès lundi matin.

«On est dans ça présentement. Le processus va s’entamer vraiment demain. On va faire des entrevues. Pierre avait des noms qu’il m’a présentés, on va faire ça au travers le camp d’entraînement. On veut prendre le temps de choisir la bonne personne qui va cadrer à Baie-Comeau.».

Bien enraciné à Baie-Comeau

Jean-François Grégoire connaît l’équipe, la région, et surtout, la réalité organisationnelle d’une équipe junior évoluant dans un petit marché.

«Je suis à l’aise ici, même avant d’avoir le poste d’entraîneur-chef. J’ai acheté une maison ici, j’y passe l’hiver, et l’été je retourne à Sherbrooke pour mon programme de hockey (école de hockey Grégoire Hockey), on est vraiment impliqué dans la communauté, ici», a dit celui dont la conjointe Julie est conseillère pédagogique à l’amélioration du français au Cégep de Baie-Comeau. 

«C’est possible de faire du hockey de qualité dans les petits marchés, on l’a vu dans les dernières années, des équipes comme le Titan (Acadie-Bathurst) et les Huskies (Rouyn-Noranda), qui ont gagné la Coupe Memorial. Les défis sont différents, mais en faisant les bonnes choses, on va parvenir à atteindre les plus hauts sommets.»