Le coordonnateur offensif du Vert & Or Jason Hogan quitte l’équipe pour se joindre aux Carabins de l’Université de Montréal. Il avait signé une entente de deux ans avec Sherbrooke.

Jason Hogan fait faux bond au Vert & Or

Jason Hogan n’aura finalement jamais dirigé l’attaque du Vert & Or lors d’un match. Le coordonnateur offensif, qui s’est joint à l’équipe au début du mois de janvier, a décidé de faire faux bond aux Sherbrookois à un mois du début de la saison et de rejoindre le personnel d’entraîneur des Carabins à titre de responsable des quarts-arrière.

Cette décision a pris de court l’organisation et n’a pas été bien reçue par l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte.

« Ça ne répond pas aux attentes des valeurs que nous avons chez le Vert & Or, estime M. Lecompte. Les étudiants-athlètes se donnent corps et âme pour les entraîneurs et c’est une relation de confiance qui est très importante. On est extrêmement déçu, mais c’est une décision qui lui appartient. C’est aussi la décision de l’autre organisation d’avoir fait l’embauche en connaissance de cause. »

Cette démission surprise place l’équipe dans une situation délicate puisque le Rouge & Or de l’Université Laval sera en visite dans moins d’un mois pour l’ouverture de la saison. Le camp d’entraînement débutera lui le 10 août. Mathieu Lecompte indique toutefois que l’organisation ne cherchera pas à combler à l’externe le départ de son coordonnateur offensif.

« Si demain matin, on ouvre un poste de coordonnateur, c’est certain que quelques personnes lèveraient la main, mais ils le feraient en laissant derrière eux d’autres étudiants-athlètes tout comme coach Hogan l’a fait, explique l’entraîneur-chef. Je ne m’associe pas à ce geste-là et je ne le soutiens pas. Je fais ma carrière et il fait la sienne. On va faire l’embauche à la fin de la saison par respect pour les autres équipes. C’est notre façon de faire à Sherbrooke. Mon ancien coordonnateur à l’attaque a été embauché quelque part. Ils m’ont dit qu’ils avaient eu 22 candidats, ils avaient le choix d’embaucher quelqu’un d’autre. »

C’est Rémi Giguère, entraîneur de la ligne offensive, qui prendra les rênes de l’attaque sherbrookoise pour la saison 2018.

« On n’est pas dans une vague de panique, c’est juste que nos vacances ont été écourtées, souligne Mathieu Lecompte. De l’externe, ça peut paraître comme un grand choc, mais à l’interne la tempête est déjà terminée et on regarde vers l’avenir. »

La famille d’abord

Rejoint par téléphone, Jason Hogan explique que de quitter le Vert & Or n’a pas été une décision facile à prendre, mais qu’au final les points positifs étaient plus nombreux que les points négatifs.
« La décision était personnelle, admet-il. À Montréal, je me rapproche d’un entraîneur pour qui j’ai énormément de respect, Danny Maciocia. Ça me rapproche aussi de mes parents, de mon neveu et surtout de ma copine. Ce n’est pas un emploi facile pour fonder une famille, mais d’être à Montréal, ça va aider. »

Jason Hogan admet que le moment de l’année n’était pas idéal pour prendre cette décision.
« Je sais que ça vient changer les plans du Vert & Or, mentionne-t-il. J’ai beaucoup réfléchi lorsque j’ai vu l’offre des Carabins, mais dans le football, si on attend trop longtemps pour saisir notre opportunité, on peut manquer le bateau. Au niveau universitaire, il n’y a jamais un bon moment pour plaire à tout le monde. Ça n’a rien à voir avec l’Université, j’ai été bien accueilli et j’ai eu des relations avec de superbes êtres humains qui ont travaillé très fort. »

Avantage Carabins?

Jason Hogan quitte vers Montréal avec une excellente connaissance du livre de jeux des Sherbrookois. Mais autant lui que Mathieu Lecompte s’entendent pour dire que ce n’est pas un facteur important pour la suite des choses.

« Je n’amène pas de matériels de Sherbrooke avec moi, assure l’ancien Vert & Or. Les gens qui connaissent le football connaissent aussi les heures qui sont nécessaires pour étudier l’adversaire. Que j’aie passé du temps à Sherbrooke ou que j’aie passé du temps à étudier le front défensif du Vert & Or, ça revient au même. »

« De la façon dont le football se joue dans le RSEQ, c’est plus dans l’exécution des jeux que ça se passe, il n’y a pas de grands secrets, estime Mathieu Lecompte. On fait des milliers d’heures de vidéo de toute façon. Si demain matin quelque’un m’offre le livre de jeux de l’Université Laval, ça ne m’intéresse pas. C’est dans l’exécution qu’une équipe est bonne et c’est aussi dans la confiance des joueurs envers leurs entraîneurs. »

Le premier duel entre le Vert & Or et les Carabins aura lieu le 15 septembre au Stade de l’Université de Sherbrooke.