Jason Bégin jouera avec les Bulldogs de l’Université Southwestern Oklahoma State, un programme de baseball qui évolue en NCAA division 2, dès l’automne prochain.

Jason Bégin poursuivra son rêve aux États-Unis

Jason Bégin vivra sa passion du baseball aux États-Unis, dès l’automne prochain.

Le Sherbrookois de 17 ans s’est entendu avec les Bulldogs de l’Université Southwestern Oklahoma State, un programme de baseball qui évolue en NCAA division 2.

L’équipe dirigée par Zack Saunders depuis 2012 a terminé la saison 2019 avec une fiche de 24-24, au sixième rang de la conférence Great American.

« J’ai eu des discussions avec quelques universités, mais c’est avec Southwestern que c’est allé le plus loin, et ils m’ont fait une bonne offre. C’est un contrat établi sur quatre ans, et qui comprend un certain pourcentage pour le paiement de mes frais de scolarité, tout dépendant de mes performances là-bas », a dit le jeune homme qui espère étudier dans un domaine lié à la santé.

« C’est Robert Fatal (ancien directeur de l’ABC qui a envoyé des vidéos de moi à certaines universités. Par la suite, c’est Yannick Bergeron [entraîneur des frappeurs à l’ABC] qui m’a aidé. J’ai eu quelques discussions avec l’entraîneur des Bulldogs, et on était sur la même longueur d’ondes. »

Membre de l’ABC [Académie de Baseball du Canada], Bégin passera la prochaine période estivale avec le Rocket SouthShore de Coaticook [Ligue de baseball junior élite du Québec], avant de mettre le cap vers l’Oklahoma, à l’automne.

Ce détour vers les États-Unis est un passage obligé pour la grande majorité des baseballeurs qui veulent poursuivre leur carrière.

« Le bassin de joueurs au Québec et au Canada est vraiment plus petit qu’aux États-Unis; et avec nos hivers, on rate plusieurs semaines de baseball. Voilà pourquoi on a un programme très chargé, chaque été, avec l’ABC. On dispute des matchs, on fait des tournois, on participe à des événements qui nous permettent de nous faire voir par les recruteurs américains », a-t-il dit.

« Outre mes entraîneurs, il y a des anciens de l’ABC qui viennent s’entraîner avec nous, et à qui j’ai pu poser quelques questions. Je n’ai eu que des bons commentaires sur les expériences qu’ils ont vécues là-bas. On me dit que c’est un bon calibre et je sais qu’il y a déjà trois gars du Québec sur l’alignement de l’équipe. Alors je ne serai pas trop dépaysé », a-t-il lancé en riant.

Joueur de premier but, Jason Bégin sera probablement appelé à patrouiller le champ extérieur, avec les Bulldogs.

« Je peux faire les deux, mais ma force, c’est mon bâton et ce, depuis le tout début de mon cheminement. C’est là-dessus que je dois compter. L’entraîneur m’a justement dit qu’ils cherchaient un bon frappeur pour le milieu de leur alignement, et un gars fiable en défensive au champ. »

En 12 matchs l’an passé avec l’ABC U17, Bégin a maintenu une moyenne de 0,423.

« J’ai généralement de bons contacts et ma puissance se situe surtout pour les doubles, ou les coups de plus d’un but », a-t-il analysé.

Toro et Walker

L’annonce du passage de Bégin à Oklahoma state est survenue la même semaine que la nomination de Larry Walker au Temple de la Renommée du baseball majeur [MLB].

L’ancien Expo devenait ainsi seulement le deuxième joueur canadien à entrer à Cooperstown, après le lanceur Ferguson Jenkins. Comme quoi, faire carrière aux États-Unis, et y avoir beaucoup de succès, est très difficile.

Heureux de la nomination de Walker, même s’il n’était pas né lors de ses années de gloire avec les Expos et les Rockies, Bégin porte davantage son regard vers un autre joueur québécois, Abraham Toro, qui a fait un tabac au sein de l’organisation des Astros de Houston, l’an passé.

Originaire de Longueuil, Toro fut un choix de cinquième ronde des Astros en 2016. L’été passé, il a disputé 25 matchs à Houston et 78 apparitions au bâton, avec deux circuits, neuf points produits et un but volé.

Mais surtout, un gros coup sûr lors du match sans point ni coup sûr de Justin Verlander face aux Blue Jays, le 1er septembre dernier., à Toronto.

« C’est sûr qu’il est une inspiration! Il est venu nous voir l’hiver dernier, à l’ABC, afin de donner un coup de main à Yannick Bergeron. Quand on voit son parcours, ça nous motive encore plus à travailler fort, car on voit que c’est possible. Son cheminement est assez spécial, et il a eu tout un été, avec les champions. Comme avec Laurent Duvernay-Tardif et ses Chiefs, qui participeront au Super Bowl, on voit qu’on a une chance de faire notre place », a-t-il dit.