C’est avec cinq médailles au cou obtenues dans deux disciplines différentes que Jasmine Aspirot, la nouvelle porte-drapeau de l’Estrie, avait conclu ses premiers Jeux du Québec.

Jasmine Aspirot, plus qu’une porte-drapeau

Si Jasmine Aspirot n’avait pas été sélectionnée cet été pour porter le drapeau vert et or de la délégation estrienne, on se serait bien demandé ce qu’elle aurait pu faire de plus pour y parvenir. À sa première participation aux Jeux du Québec il y a deux ans, la Sherbrookoise a remporté cinq médailles dans deux épreuves différentes, ce qui l’amène à jouer le rôle de mentor auprès des autres athlètes estriens.

Jasmine Aspirot pratique le cyclisme sur route et le vélo de montagne. Sa collection de médailles pourrait laisser croire qu’elle excelle davantage en vélo de montagne, puisque quatre de ses cinq médailles ont été obtenues dans cette discipline lors de la 51e Finale des Jeux du Québec tenue à Montréal.

Cette fois, à la 53e Finale des Jeux d’été qui aura lieu à Thetford Mines dès le 27 juillet, Jasmine Aspirot se retrouvera dans la catégorie cadette. Si elle espère que sa récolte sera aussi faste, elle assure que le plaisir primera d’abord.

« Je serai peut-être la porte-drapeau, mais je ne veux pas me stresser avec ça et d’ailleurs, en tant que porte-drapeau, j’aurai un rôle de mentor et je dois donc montrer l’exemple aux autres athlètes. Il suffit d’être bien préparé et de profiter du moment pour que les bons résultats suivent par la suite », indique-t-elle.

Jasmine Aspirot avoue avoir été étonnée d’apprendre qu’elle guidera la troupe estrienne dans une semaine.

« Il y a tellement de bons athlètes qui mériteraient ce rôle en Estrie. C’était une belle surprise pour moi de me voir remettre le drapeau, parce que je ne suis pas la seule qui ait les qualités requises pour remplir ce mandat », dit-elle bien humblement.

Sa première expérience aux Jeux du Québec fut grandiose. La barre est haute.

« Je ne savais pas vraiment ce qui m’attendait lors de ma première participation. J’ai tellement adoré l’esprit des Jeux du Québec à Montréal. J’étais plus jeune, j’étais impressionnée et mes premiers Jeux sont inoubliables. Je devrai maintenant partager mon expérience avec les plus jeunes », explique l’athlète.

Un défi plus imposant


La saison de Jasmine Aspirot est en montagne russe cette année.

« Ça ne va pas exactement comme je le souhaiterais, mais ça va quand même bien. Je peux qualifier ça d’année d’adaptation. Je ne suis plus chez les minimes, mais chez les cadettes. Le défi est plus imposant. Aux Jeux du Québec, je me retrouverai toutefois contre les mêmes athlètes que lors de ma première participation. Si j’ai été capable de gagner cinq médailles il y a deux ans, je me dis que c’est possible de le refaire cette année. »

Pas juste une porte-drapeau

Aux yeux du chef de la délégation estrienne, Nicolas Vanasse, le rôle de Jasmine Aspirot sera encore plus grand qu’à l’habitude.

« Je la vois plus comme une capitaine d’équipe. Elle a des qualités de leader qui pourraient servir à notre délégation », estime le chef de la délégation.

« Je suis à la fois d’accord avec lui et flattée. J’ai goûté à l’expérience et j’ai hâte à la prochaine. En plus, ce sera à Thetford Mines, pas loin de chez nous. On se sentira comme à la maison », résume la Sherbrookoise.