Jacob Perreault, le fils du Sherbrookois Yanic Perreault, tentera de faire le saut vers le junior majeur en Ontario à l’âge de 16 ans.

Jacob Perreault suit les traces de son père

Yanic Perreault a fait la pluie et le beau temps dans la LHJMQ avec les Draveurs de Trois-Rivières de 1988 à 1991. Son fils Jacob tentera d’en faire autant, mais cette fois avec le Sting de Sarnia dans la Ligue junior de l’Ontario.

Repêché en première ronde, 19e au total, Jacob Perreault espère intégrer l’équipe dès cette année à l’âge de 16 ans. Même si les 108 points obtenus par son père à sa première saison constituent un objectif presque impossible, le jeune attaquant espère suivre les traces du paternel, bien connu en Ontario grâce à ses six saisons au sein de l’organisation des Maple Leafs de Toronto.

« Puisque notre famille est à Chicago et que c’est sur le territoire de la OHL, Jacob a été repêché par le Sting, et ce, même s’il est né à Montréal, explique Yanic Perreault, un spécialiste des mises en jeu dans la LNH. Jacob est un droitier qui joue à l’aile gauche et il peut prendre des mises en jeu. Il a connu une bonne saison avec le Mission U16 de Chicago en terminant au premier rang des compteurs. »

Ses 50 points en 47 parties ont fait de lui l’un des meilleurs espoirs au repêchage. Jacob semble d’ailleurs avoir été fabriqué dans le même moule que son père : il mesure 5’11, pèse 195 livres et est considéré comme un joueur complet.

« On a reçu la confirmation qu’il se présentait au camp et c’est une journée très excitante pour nous, a expliqué le directeur général du Sting, Nick Sinclair. Jacob est un joueur spécial rempli de talent. Il est intelligent et peut devenir un joueur très offensif. Il sera intéressant à voir jouer et on est heureux d’accueillir la famille Perreault. »

« Je suis présentement en route vers Sarnia afin de participer au camp préparatoire. Je me suis promené pas mal depuis que je suis jeune. J’ai fait mon atome BB à Magog, mon pee-wee AA avec les Harfangs du Triolet et j’ai poursuivi mon apprentissage à Chicago. Maintenant, je souhaite aller à Sarnia et je devrai devenir encore plus fort mentalement et physiquement pour espérer jouer à 16 ans dans le junior majeur », explique l’adolescent.

Chose certaine, Jacob Perreault semble fort apprécié des dirigeants du Sting et pourrait très bien disputer sa première saison dès l’automne prochain.

« Je suis motivé. La marche est haute, mais je crois pouvoir y parvenir. Être le fils de Yanic Perreault n’est pas une pression supplémentaire pour moi, mais une motivation et un bel avantage. Il me donne plusieurs trucs même si je ne suis pas au centre comme lui. Je pense être plus rapide que lui, même s’il pense pouvoir patiner plus vite que moi ! » lance Jacob Perreault en riant.

Le parfait bonheur à Chicago

Après avoir terminé sa carrière avec les Blackhawks en 2007, Yanic Perreault se plait bien à Chicago et aime encore son emploi avec l’organisation. L’entraîneur au développement des joueurs se trouve dans la bonne chaise selon lui. Pour l’instant.

« J’ai quatre enfants et avec mes obligations familiales, j’occupe le poste idéal. J’aime sauter sur la glace avec les jeunes joueurs de l’organisation. J’ai probablement la possibilité de renouveler mon contrat pour deux autres saisons. Les enfants quittent tranquillement la maison. Ma fille est une joueuse de centre de 18 ans et rejoindra une équipe collégiale. Mes fils Jérémy et Gabriel sont nés en 1998 et 2005, Jacob en 2002. Je veux continuer à être près d’eux tout en pouvant travailler pour les Blackhawks », indique l’ancien du Canadien de Montréal.