Le premier choix des Olympiques au dernier repêchage, Zach Dean, a récolté deux buts, dont le but gagnant dans la victoire des siens contre le Phœnix de Sherbrooke dimanche.

Israël Mianscum s’illustre dans un revers du Phœnix

Les recrues des Olympiques de Gatineau et du Phœnix de Sherbrooke ont bien amorcé le calendrier présaison dimanche au Complexe Branchaud-Brière. Gatineau l’a emporté 5-3 aux dépens des Sherbrookois alors qu’Israël Mianscum a impressionné son entraîneur.

Leur premier choix Zach Dean s’est particulièrement illustré devant les 446 partisans de l’équipe présents pour l’occasion avec un doublé. Il a réussi le premier but de la rencontre et celui de la victoire alors qu’il ne restait que 3:13 minutes à écouler au cadran, ce qui couronnait une remontée d’un déficit de deux buts après 40 minutes de jeu. Le club a confirmé après le match qu’il s’était taillé un poste pour amorcer la saison régulière.

Le jeune Terre-neuvien a pivoté un dangereux trio complété par Ben Allison, obtenu du Cap-Breton l’hiver dernier dans l’échange de Shawn Boudrias (deux passes), et Zachary Gravel, un choix de 11e ronde en 2018 (un but dans un filet désert et deux passes).

L’autre nouveau venu qui s’est particulièrement fait remarquer est le défenseur russe Evgeni Kashnikov, qui a créé l’égalité 3-3 en avantage numérique en plus d’obtenir une passe et de jouer de façon solide dans sa zone, en particulier en fin de rencontre quand son club protégeait une avance d’un but contre un Phœnix qui avait retiré son gardien à la faveur d’un sixième attaquant.

« L’équipe avait eu un petit relâchement en deuxième période, mais en troisième, les gars se sont repris et ont montré du caractère. C’est le fun de voir ça, a souligné l’entraîneur-chef des Olympiques Éric Landry. Évidemment, Dean a très bien fait, Kashnikov aussi. Je ne veux pas juste nommer eux autres, mais ces deux-là ont particulièrement eu une bonne performance. Allison et Martel sont deux autres qui font très bien depuis le début du camp et on les voit dans les matchs aussi. »

Concernant Kashnikov, le choix de l’équipe au dernier repêchage européen, Landry a ajouté qu’il « patine bien, effectue une bonne première passe et il nous montre de bonnes habiletés offensives, mais en même temps, il veut bien faire défensivement, il y a de l’urgence dans son jeu et c’est un joueur d’équipe ».

Le Phœnix avait pris les devants 3-1 au deuxième tiers immédiatement après le changement de gardiens de mi-match, alors qu’Alexis Giroux, parfait face aux 16 tirs dirigés vers lui, a été remplacé par Nathan Pelletier. Ce dernier a cédé sur les deux premiers lancers auxquels il a fait face, ceux de Jaheem Lagacé-Aurelien en avantage numérique et d’Israel Mianscum, un choix de première ronde du Phœnix, à 27 secondes d’intervalle. Vincent Anctil a ajouté à cette avance en sautant sur un retour de lancer.

Pelletier, un choix de huitième ronde en juin dernier, s’est cependant ressaisi et il a repoussé 21 lancers dans la victoire gatinoise. « La situation a changé vite de bord quand il y a eu le changement de gardien, mais j’ai bien aimé comment Pelletier s’est repris et a fait de gros arrêts pour garder le club dans le match. Puis il a bien fait ça en troisième », a noté Landry.


« Israël Mianscum a été très bon , il a été celui qui a amené le plus de vitesse et qui a été le plus physique dans ce match-là. »
Stéphane Julien

Pour Sherbrooke, William Desmarais a cédé une fois sur 13 tirs, alors que David Provencher a concédé trois buts sur 15 lancers.

« On avait plusieurs joueurs invités, dont certains à la dernière minute, surtout à la défense. Ça a peut-être paru un petit peu en troisième période. J’ai aimé quand même le niveau de compétition, des deux côtés. Je pense que ça a été une bonne partie pour notre premier match hors-concours, on a obtenu beaucoup de lancers au but. J’ai aimé l’effort en général de nos joueurs », notait de son côté l’entraîneur-chef du Phoenix, Stéphane Julien.

Les Olympiques ont retranché 13 joueurs samedi, dont Philippe Lecours, auteur du but qui a amorcé la remontée des siens en fin de deuxième tiers.

Les vétérans de l’équipe ont commencé à s’entraîner dimanche et ils commenceront à être lancés dans la mêlée alors que le club disputera des parties préparatoires à Sherbrooke mardi et à Rouyn-Noranda jeudi, avant de revenir au CBB samedi pour recevoir Val-d’Or.

+

Un effort au goût de Stéphane Julien

 Le Phœnix de Sherbrooke n’avait pas son équipe A dimanche soir pour affronter les Olympiques de Gatineau. Plutôt, une formation faite de jeunes espoirs qui tentent toujours de se tailler une place avec l’équipe, après les premiers retranchements, annoncés samedi.

« Contrairement à beaucoup d’équipes, on n’avait pas beaucoup de gars à couper, alors après les retranchements de samedi, on a amené le maximum de recrues à Gatineau. Les Olympiques aussi avaient plusieurs jeunes habillés. Le but, c’était d’évaluer les jeunes en situation de match. Ça nous permet, par la suite, de bien les orienter vers les autres niveaux où ils pourront continuer à progresser et de leur dire les améliorations qu’ils ont à effectuer », a dit l’entraîneur-chef du Phœnix, Stéphane Julien.

« On menait 3-1 en fin de deuxième, avant d’accorder quatre buts en troisième période. Je dirais que dans l’ensemble, on a été dominant. »

Et certaines recrues ont attiré l’attention de Julien.

« Israël Mianscum (choix de première ronde du Phœnix en juin dernier) a été très bon ; il a été celui qui a amené le plus de vitesse et qui a été le plus physique dans ce match-là. J’ai beaucoup aimé aussi le jeu du joueur de centre Ludovic Harrisson et d’Anthony Munro-Boucher, qui a terminé premier marqueur à Jonquière l’an passé (34 points en 42 matchs). Il a très bien fait. En fait, Munroe-Boucher et Mianscum sont les deux recrues qui se démarquent le plus jusqu’à maintenant. »

« Devant les buts, William Desmarais a bien fait, alors que David Provencher a été malchanceux sur deux buts. À la ligne bleue, les gars ont fait un travail honnête », a poursuivi Julien.

Le Phœnix de Sherbrooke procédera à d’autres retranchements, lundi matin. Entre quatre et six joueurs, estime l’entraineur Stéphane Julien.

« Nos vétérans amorcent l’école cette semaine et on veut réduire l’alignement au minimum. On a quatre matchs cette semaine et on va essayer de faire jouer tout le monde, car la semaine prochaine, on va perdre quatre gars qui participent à des camps professionnels. »  Sébastien Lajoie