Les coureurs Perry Mackinnon et Thomas Windisch lors des premiers tours du 3 000 m.
Les coureurs Perry Mackinnon et Thomas Windisch lors des premiers tours du 3 000 m.

Invitation Athlétisme Sherbrooke: question de se remettre dans la course

Andréanne Beaudry
Andréanne Beaudry
La Tribune
Courir un 3 000 m avec d’autres athlètes, c’est une belle manière de « juste se remettre dans la course », explique le coureur Perry Mackinnon après une première course, depuis quelques mois, lors de l’Invitation Athlétisme Sherbrooke.

En très peu de temps, le club d’Athlétisme Sherbrooke recevait pour une deuxième fois la communauté d’athlétisme à la piste extérieure de l’Université de Sherbrooke, et ce, depuis le début de la pandémie de COVID-19 et la fin des travaux de réfection.

« Nous avions beau s’entraîner, quand tu arrives sur la piste pour une course, c’est toujours différent avec d’autres compétiteurs », mentionne Perry Mackinnon qui était bien heureux de courir sur la nouvelle piste avec son compatriote Thomas Windisch.

Dans l’optique de respecter les différentes mesures sanitaires du plan de relance en athlétisme, le nombre de participants par épreuve a été réduit. En guise de conclusion de cette compétition estivale, le 3000 m a donc été présenté en deux vagues.

Les coureurs Perry Mackinnon et Thomas Windsich se sont alterné le lead à quelques reprises dans les premiers tours de cette vague.

À 400 m de la ligne d’arrivée, Mackinnon s’est distancé de son adversaire avec une avance d’une dizaine de mètres. Ce dernier a d’ailleurs creusé l’écart entre les deux à moins de 100 m de l’arrivée.

Perry Mackinnon termine la course avec un chrono de 8 :28,57 (PB extérieur), et Thomas Windisch avec 8 :34,74.

« Il a réussi à rentrer un temps de 8 :20 cet hiver, mettons que je lui ai dit que s’il arrivait à réaliser la même affaire ou meilleur, bien ça va être parfait », soulignait Jean-Pierre Lemelin, l’entraîneur de Perry Mackinnon, avant l’épreuve du 3 000 m, ce samedi.

Il participe rarement à cette épreuve lors de la saison estivale, ajoute-t-il. À vrai dire, peu importe le résultat, le coureur Perry Mackinnon réalisait un record personnel à l’extérieur.  

« Habituellement, c’est du 10 km à un niveau tellement élevé. À chaque fois qu’il participe à une course de cross-country, c’est un Championnat canadien comme calibre », affirme Jean-Pierre Lemelin à propos de son athlète qui évolue avec l’Université de Cornell à Ithaca dans l’État de New York.

Le rabbit de la course Jérémie Roy (Sherbrooke), et les participants Thomas Laviolette (Corsaire-Chaparral) et Frédérik Rivard (Sherbrooke) à l'épreuve du 3 000 m ouvert chez les hommes samedi soir.

Tout comme Perry Mackinnon, d'autres athlètes du Québec ont profité de cet événement pour se remettre progressivement dans le bain des compétitions.

« Cet hiver, j’ai couru du 8 :13 au 3 000 m, donc je suis loin de ce temps. Mais aujourd’hui je ne suis pas ici pour performer. Ce n’est pas vraiment une saison avec des objectifs de performance et même-moi je suis rendu ailleurs dans ma vie personnelle. Je vais courir pour me challenger même si je ne suis pas vraiment satisfait de mon temps », confie Thomas Windisch après sa deuxième course de la semaine.

Record du Québec vétéran

L’athlète du club Athlétisme Sherbrooke Jean-Pierre Poulin a réalisé un nouveau record du Québec dans la catégorie vétéran avec un chrono de 9 :12,91.

D’après les propos de la directrice générale d’Athlétisme Sherbrooke, Judith Lefebvre, et de l’athlète Julien Pinsonneault, le coureur dans la cinquantaine frôle le record canadien d’environ une seconde au 3 000 m.