L’athlète Vanessa Ayers est l’une des invités de la prochaine conférence en ligne au sujet de l’homosexualité dans le sport.
L’athlète Vanessa Ayers est l’une des invités de la prochaine conférence en ligne au sujet de l’homosexualité dans le sport.

Homosexualité dans le monde du sport : un premier pas pour l’athlétisme au Québec

Pour l’athlète Vanessa Ayers, la question de l’homosexualité reste encore un sujet tabou, et ce, pas uniquement dans un sport comme l’athlétisme. Actuellement, il n’y a pas encore assez de personnes qui osent sortir du placard, selon la jeune athlète.

Depuis quelques semaines, la Fédération québécoise d’athlétisme (FQA) organise des conférences en ligne sur divers sujets. La FQA a donné le feu vert à l’athlète Geneviève Cardella-Rinfret pour l’organisation d’un tout nouveau sujet de conférence.

« Pour moi, c’était un projet vraiment intéressant qui méritait d’être entendu et je suis allée de l’avant avec ça », explique Vanessa Ayers à propos du moment où Geneviève Cardella-Rinfret l’a approchée dernièrement pour participer à cette conférence.

La lanceuse Vanessa Ayers, qui poursuit présentement ses études collégiales au Séminaire de Sherbrooke, est l’une des quatre invités de la conférence en ligne. 

La conférence Homosexualité – Accueillir et s’affirmer sur la piste est principalement une discussion sur l’homosexualité dans le contexte de l’athlétisme. Vanessa Ayers et Geneviève Cardella-Rinfret s’entendent pour dire que c’est une première dans ce sport.

« Même pour moi c’est très récent, car je n’en avais pas parlé avant ma sortie du secondaire. Donc pour moi, à 18 ans, ça ne fait qu’un an seulement. Mes coéquipiers ont bien pris la nouvelle. Je crois que les jeunes sont quand même assez ouverts », ajoute Vanessa Ayers. 

L’animatrice Geneviève Cardella-Rinfret est consciente que la discussion d’une heure ne peut pas couvrir l’ensemble des facettes de la diversité sexuelle.

« Certaines personnes sont un peu frustrées de ne pas avoir été considérées pour cette conférence, mais en même temps, c’est un premier pas », souligne Geneviève Cardella-Rinfret qui ne souhaite pas que ce soit l’unique conférence sur le sujet.

Discuter et s’outiller davantage

Au programme de cette première conférence sur l’homosexualité, les invités partageront leur opinion, mais aussi des outils sur trois questions précises, comme la manière dont il est possible de créer un environnement ouvert pour les athlètes de la communauté LGBTQ+, et les façons dont on peut réagir lorsqu’une personne sort du placard.

Ils concluront avec la prise en considération de l’orientation sexuelle des athlètes lorsqu’il est temps d’utiliser les vestiaires ou de former des groupes pour un hébergement à l’hôtel, par exemple.

« Moi, je suis vraiment pour le fait qu’on parle à ces athlètes-là et que nous les incluyons comme si tout le monde était hétérosexuel. Car ça ne change rien, et ce n’est pas vrai que nous tripons sur tout le monde. Je voudrais qu’ils retiennent qu’il n’y a aucune différence », mentionne Vanessa Ayers à propos de ce qu’elle aimerait que les gens retiennent principalement sur ce point.

Geneviève Cardella-Rinfret aimerait que les gens misent sur le fait que l’athlétisme est un sport ouvert. Dans la communauté de l’athlétisme, il y a des personnes qui sont prêtes à les écouter, et surtout à les accueillir.

Pour participer à cette conférence, les gens sont invités à s’inscrire avant le 3 juin prochain à 16 h via la plateforme TrackieReg. Par la suite, les participants recevront un lien par courriel pour accéder à la conférence Homosexualité – Accueillir et s’affirmer sur la piste du 4 juin à 16 h sur la plateforme Zoom.