Malgré la COVID-19 et le confinement, Hockey Sherbrooke doit lancer ses inscriptions et étudier son projet de majoration des frais pour la prochaine saison.
Malgré la COVID-19 et le confinement, Hockey Sherbrooke doit lancer ses inscriptions et étudier son projet de majoration des frais pour la prochaine saison.

Hockey Sherbrooke élabore des scénarios

SHERBROOKE — La pandémie de la COVID-19 a mis fin abruptement à la saison de hockey mineur à Sherbrooke et ailleurs, rayant les séries éliminatoires du hockey civil du calendrier, et chamboulant l’horaire des programmes sport-études. Le Québec sur pause aura affecté la dernière saison et laisse planer plusieurs incertitudes quant à la prochaine saison.

La COVID-19 a forcé la direction de Hockey Sherbrooke à agir promptement.

Non seulement fallait-il composer avec les différents scénarios de remboursements pour les services qui ne pourraient être donnés, il fallait en même temps retarder la tenue des camps de sélection prévus ce printemps, pour la formation des équipes, l’automne prochain.

Mais voilà; est-ce que la saison de hockey mineur débutera comme prévu en août prochain? Bien malin qui peut prétendre le savoir.

D’ici là, Hockey Sherbrooke doit malgré tout lancer ses inscriptions et étudier son projet de majoration des frais.

« C’est une situation très complexe. On ne sait pas si les mesures gouvernementales, qui ont mis le Québec sur pause, auront des conséquences économiques chez les parents. Pour l’instant, du moins, on ne perçoit rien de ce côté. Si le retour au travail se fait graduellement d’ici l’été, ça va aller. Mais si ça perdure, on est conscient que les priorités, pour plusieurs familles touchées, ce sera de mettre du pain et du beurre sur la table. Alors les loisirs, tout ce qui entoure un peu le luxe, les gens vont devoir se restreindre, probablement. Et c’est une situation avec laquelle on va devoir composer », a indiqué le directeur général de Hockey Sherbrooke, Stéphane Dion.

« Dans l’organisation, on a coupé 90 % des ressources du club; ça a un impact, les dossiers s’accumulent. Le travail est beaucoup en planification, soit pour la prochaine saison, même si on ne sait pas quand elle va démarrer encore. »

« Et quand ça se fera, dans quel contexte? Il va avoir beaucoup d’adaptation, entre autres pour l’organisation des équipes. Est-ce qu’on va avoir des équipes à grand nombre, est-ce qu’on va les diminuer? Des questions qui sont soulevées, mais qui n’ont pas de réponse pour l’instant. Les camps d’entraînement prévus en mai ont été annulés. Soit que ça reparte en août, en septembre ou en octobre, on n’est pas fixé de date encore », a déploré Stéphane Dion.

« Si on doit suivre les consignes de distanciation émises par le gouvernement, ça va assurément avoir des conséquences dans les gradins, pour les parents, les spectateurs. On suit ça au jour le jour. »

« On finalise notre partie administrative; cette semaine on va lancer les invitations pour les camps d’excellence, des camps sur invitation. Les jeunes devraient recevoir une lettre les invitant à s’inscrire, sans préciser la date. On va leur dire plus tard », a poursuivi M. Dion.

Ce sont quelque 1750 jeunes qui évoluent au hockey civil à Sherbrooke, en plus de 270 autres hockeyeurs répartis dans les différents programmes sport-études.

Des impacts financiers?

Hockey Sherbrooke aura également des décisions à prendre concernant sa tarification, pour la prochaine saison.

En effet, la saison 2020-21 devait être la troisième et dernière année d’un plan de redressement pour les frais de participation des joueurs.

« On en était à la troisième année d’un plan de redressement de trois ans pour la mise à niveau des frais pour les services. Avec le contexte actuel, on va être conservateur dans notre approche. Le coût des inscriptions n’ira peut-être pas à la hausse, même si on veut garder les mêmes services à la clientèle. Une baisse est aussi possible, à cause de la réalité économique actuelle », a précisé M. Dion.

« Le hockey jouit d’une bonne popularité auprès des gens, mais il ne faut plus se fier à ça, uniquement. On va devoir travailler fort pour garder notre nombre d’inscriptions. »

« La saison 2020-2021 devait être notre dernière année de rattrapage pour en arriver à un coût réel par rapport aux services rendus. On a fait un bond important, dans certaines catégories, l’an passé. On s’était éloigné, année après année et il y avait un fossé entre l’excellence et le développement. Pendant deux ans, on a travaillé à ramener les coûts à la base de l’utilisateur-payeur », a poursuivi M. Dion.

Ce dernier confirme que Hockey Sherbrooke aura une décision à prendre à ce sujet, à la mi-mai.

« C’est l’une des questions sur la table; est-ce qu’on retarde notre rattrapage d’un an, ou on le divise sur deux ans, par exemple? Une décision finale sera prise à mi-mai, lors de la prochaine réunion du conseil d’administration, alors qu’on va finaliser les budgets. »

D’ici là, comme tous les autres intervenants du sport mineur au Québec, Hockey Sherbrooke planche sur plusieurs scénarios possibles de reprise.

On a rapidement réduit l’ensemble de nos dépenses, très rapidement, une chance. La COVID-19 a eu un impact modéré sur la saison qui vient de passer, mais pourrait en avoir un plus important sur la saison à venir. Est-ce qu’on aura une demi-saison, un quart de saison, une saison au complet? Là ça va avoir un impact et il faudra réévaluer le coût d’inscription », a dit M. Dion.