Les jeunes hockeyeurs et hockeyeuses devront attendre la semaine prochaine avant de voir leur saison s’amorcer officiellement.
Les jeunes hockeyeurs et hockeyeuses devront attendre la semaine prochaine avant de voir leur saison s’amorcer officiellement.

Hockey Sherbrooke doit retarder le début de sa saison

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
En raison d’un manque de bénévoles affectés spécialement à l’application des mesures sanitaires liées à la COVID-19, Hockey Sherbrooke doit repousser le début de saison. Les jeunes hockeyeurs et hockeyeuses, qui devaient amorcer leur processus de sélection le 9 septembre, le feront plutôt le 15 septembre.

Hockey Sherbrooke estime avoir besoin de 90 bénévoles pour toute la durée des évaluations. Chaque groupe-bulle doit posséder son responsable COVID qui sera présent avec le groupe-bulle. 

Hockey Sherbrooke a donc lancé un appel à tous, mardi en fin d’après-midi. La réponse a été positive, dit le directeur général Stéphane Dion.

« Après la dernière fin de semaine, on a fait le constat qu’on avait un manque important de bénévoles pour assurer la sécurité de nos membres afin d’assurer la sécurité sanitaire. Lorsqu’on a fait le décompte des gens qu’on avait, comparativement à ce qu’on avait besoin, on a décidé de reporter la saison d’une semaine. »

Pourtant, dès l’été dernier, il était alors clair que des mesures sanitaires strictes allaient encadrer la pratique du hockey, à son éventuel retour, à l’automne.

N’aurait-il pas été de mise de lancer un appel aux bénévoles plus tôt?

« On l’a fait, il y a environ deux semaines, pour tenter de recruter des gens. Et on n’a pas eu beaucoup de réponses. Par contre, on a réitéré notre demande pour avoir des bénévoles, d’avoir tout notre monde sur le terrain pour démarrer notre saison, dans notre lettre mardi après-midi. Et c’est positif; on a mis en ligne notre formulaire pour devenir bénévole et déjà, à 20 h, 48 personnes avaient donné leur nom. C’est positif. On est à la moitié de notre objectif et on est bien content. Il faut y arriver; sinon, on va devoir à nouveau reporter la saison, et on ne veut pas ça », lance Stéphane Dion.

« On demande aux parents de nous donner un coup de main en ce contexte particulier de la COVID. C’est vraiment la pandémie qui nous complique la tâche. On veut partir la saison de façon sécuritaire, en respectant les consignes. On aurait pu démarrer, et compléter les manques de bénévoles un peu plus tard, mais on ne voulait pas prendre le risque. On ne voulait pas contribuer à faire en sorte d’augmenter la contamination communautaire. »

Les principales responsabilités du bénévole COVID-19 sont : prendre un registre des présences; rappeler les règles sanitaires aux joueurs et accompagnateurs; faire rapport à l’organisation si des manquements aux règles sanitaires sont notés; les responsables COVID ne seront pas appelés à jouer à la police.

Un seul club

Hockey Sherbrooke va par ailleurs annoncer mercredi à tous ses joueurs scolaires qu’ils ne pourront pas évoluer dans une double affiliation. Ils devront faire un choix. Ce sera le hockey civil ou le hockey scolaire. Et non les deux en même temps.

« C’est une mesure pour cette saison uniquement. Le but, encore là, est de maintenir nos bulles sportives, d’éviter qu’un joueur quitte sa bulle scolaire et qu’il se transpose dans une bulle civile. On veut diminuer le facteur de mouvement des joueurs. Certains parents pourraient par contre dire, pourquoi mon jeune peut jouer au basketball scolaire et au hockey civil, par exemple? Ce qu’on en comprend, c’est que la Santé publique ne veut pas tout arrêter, mais plutôt diminuer les risques, les facteurs de transfert. » 

Cette mesure est une initiative de Hockey Sherbrooke, et non de Hockey Québec.

« On a voulu miser sur la prudence », dit Stéphane Dion.