Lundi contre la République dominicaine, Émily Routhier et Audrey Marcoux tenteront d’aider leur équipe à remporter un premier match aux Jeux panaméricains.

Handball aux Jeux panaméricains: les Canadiennes à la recherche d’une première victoire

SHERBROOKE — L’équipe canadienne de handball, qui compte sur deux joueuses sherbrookoises, a perdu ses trois matchs de ronde préliminaires. Celle-ci n’a pas pu se qualifier pour les rondes suivantes, mais tentera tout de même de se classer le plus haut possible entre la cinquième et la huitième place.

Les Canadiennes ont baissé pavillon 23 à 9 contre Puerto Rico mercredi, 41-12 contre le Brésil jeudi et 28-15 face aux Cubaines samedi. Dans les défaites, Émily Routhier, une attaquante, a accumulé sept buts, tandis que Audrey Marcoux, une défenseuse, a compté une fois. 

« Ça va bien, dit Émily Routhier. Je pense que je pourrais en donner plus. On a eu un creux, je pense que je dois faire mieux de mon côté également », a-t-elle commenté lors d’une entrevue téléphonique. L’équipe prend actuellement part aux Jeux panaméricains à Lima au Pérou. 

« Ce sont nos Jeux olympiques, rappelle Routhier. On joue contre des championnes du monde. C’est toujours impressionnant de voir comme on peut s’améliorer comme équipe, comme personne pour tenter d’être au meilleur niveau. » 

« On ne va pas là avec l’objectif de terminer premières, renchérit sa coéquipière. C’est quelque chose un peu inaccessible, car ce sont des pays avec de grandes forces. Quand on a joué contre le Brésil et Cuba, on sait que des filles ont été élues meilleures joueuses au monde. On a apprécié le moment, on s’est fixé de courts objectifs. »

La taille des joueuses penche également dans la balance, avoue Audrey Marcoux. « Physiquement, les filles sont beaucoup plus grandes et grosses que nous. Nous, on est petites lorsqu’on se compare. Et nous sommes grandes dans notre équipe [NDLR Les deux filles mesurent 5 pieds et 8 pouces] », décrit la joueuse sherbrookoise. 

Émily Routhier ne le cache pas : la défaite contre le Brésil était attendue. « Contre Cuba, on pensait qu’elles allaient être un peu moins fortes, mais elles se sont qualifiées pour les championnats du monde. Ce sont des filles qui sont payées pour jouer au handball, c’est toujours difficile de se comparer à cela. On a donné une bonne première demie, mais après l’écart s’est creusée. Contre Puerto Rico, ça aurait pu être plus serré. Si on gagne lundi, ce qui est possible, on devrait croiser Porto Rico pour la cinquième ou sixième position », explique-t-elle, visiblement motivée par un potentiel match-revanche. 

L’équipe affrontera la République dominicaine lundi. Si elle perd, elle luttera pour la septième place ou sur la huitième.