Thomas Grégoire sera l’âme du Phoenix de Sherbrooke l’an prochain.

Grégoire portera le flambeau bien haut

BILLET / Les tractations et les rumeurs se multiplient durant la période des échanges de la LHJMQ. Soudainement, personne n’est à l’abri d’une transaction. Enfin presque.

Rien pour rassurer ces jeunes de 16 à 20 ans, qui tenteront de profiter du congé des Fêtes tout en ne sachant pas s’ils pourront rejouer pour la même équipe, revoir leur famille de pension ou bien étudier à la même école dans les prochains mois.

Parfois, on oublie qu’ils sont encore jeunes. Qu’ils ne jouent pas dans la Ligue nationale de hockey. Alors certains journalistes et amateurs lancent des informations à gauche et à droite sans être convaincus de leur véracité. Et avec Twitter et Facebook, ces rumeurs ne perdent pas de temps pour se rendre jusqu’aux oreilles du joueur et de sa famille.

Le nom de Thomas Grégoire a circulé beaucoup lors des derniers jours. Normal, puisque le hockeyeur sherbrookois est l’un des meilleurs défenseurs offensifs de la LHJMQ.

Mais s’il y en a un qui peut dormir sur ses deux oreilles entre deux partys de famille, c’est bien lui.

Jocelyn Thibault a été clair. Il n’échangera pas sa relève. Les Bailey Peach, Olivier Crête-Belzile, Alexandre Joncas et compagnie forment l’avenir du Phoenix de Sherbrooke. Ils pourront bien entourer Samuel Poulin, qui deviendra la tête d’affiche de l’organisation.

Mais pour favoriser leur développement, ces jeunes auront besoin d’un modèle à suivre. Et avec le départ éventuel des vétérans Nicolas Poulin, Hugo Roy et Mathieu Olivier, qui prendra le relais pour assurer le leadership sur la glace comme dans le vestiaire?

Est-ce que Samuel Poulin est prêt à jouer ce rôle? Pas encore. Âgé de seulement 16 ans, le second choix du dernier repêchage de la LHJMQ a tout ce qu’il faut pour devenir un bon capitaine. Mais pas tout de suite. Ni la saison prochaine.

C’est là que je reviens à Thomas Grégoire. Apprécié des fans, des entraîneurs et de ses coéquipiers, Grégoire aura un rôle primordial à remplir la saison prochaine.

À mon humble avis, c’est à lui que reviendra la lettre C sur le chandail des Oiseaux. C’est Thomas Grégoire qui assurera la relève. Après Alexandre Comtois, Jonathan Deschamps, Carl Neill et Hugo Roy, Thomas Grégoire deviendra le cinquième capitaine de l’histoire du Phœnix.

Jocelyn Thibault rêve d’une victoire en séries éliminatoires. Cette année, tout est possible. Pour y parvenir, Thomas Grégoire fait toutefois partie de la solution. Et à l’âge de 19 ans, il aura la chance de revenir l’an prochain dans le circuit Courteau. Voilà entre autres pourquoi il doit rester à Sherbrooke, sa ville natale. Mais on le sait : tout change si vite dans le monde du hockey et si Wayne Gretzky s’est fait échanger, tout le monde peut être échangé.

S’il demeure avec le Phoenix, non, il n’aura peut-être pas l’occasion de soulever la Coupe du Président. Car Jocelyn Thibault et sa troupe misent désormais sur la saison 2019-2020 pour espérer rafler les grands honneurs. L’année des 18 ans de Samuel Poulin.

Mais chose certaine, en montrant la voie aux plus jeunes, Grégoire pourra certainement se vanter d’avoir contribué au succès futur de l’organisation qui aura cru en lui pendant toutes ces années. Et il saura porter ce flambeau bien haut pour ainsi le tendre à son successeur : Samuel Poulin.