Denis Bolduc, directeur d’Événements sportifs région de Mégantic, et Francis Rancourt, directeur du Grand Prix cycliste de Beauce, étaient des organisateurs heureux au terme de la 5e édition du Grand Fondo, dimanche après-midi, et ce malgré une baisse d’un peu plus d’une cinquantaine de participants.

Gran Fondo: un peu plus froid, un peu plus beau

450 cyclistes ont répondu à l’appel du Gran Fondo Lac-Mégantic pour sa cinquième édition. Il s’agit d’une baisse d’environ 80 participants sur l’édition 2017 que les organisateurs attribuent au froid.

« Nous avons accueilli 450 participants, cette année, par rapport à plus de 500 l’an dernier. La gelée de ce matin a fait son œuvre. Les gens attendent souvent à la dernière minute pour voir la température. Ce matin, on a eu seulement 60 inscriptions sur place par rapport à 140 l’an dernier », révèle le directeur du Grand Prix cycliste de Beauce Francis Rancourt.

Denis Bolduc, directeur d’Événements sportifs région de Mégantic, confirme que la température a joué un rôle important après avoir recueilli les commentaires de cyclistes. « Plusieurs participants m’ont dit que leurs amis devaient également venir, mais que la température les a refroidis », a-t-il exprimé.

Tout de même, messieurs Rancourt Bolduc se félicitent du succès remporté par cette cinquième édition.

« Ce n’est pas une course officielle traditionnelle, même si elle est chronométrée. Oui, le temps compte, mais avec des ravitaillements le long du parcours, un encadrement différent, plus de services, comme un lunch et un t-shirt remis à chaque participant, ce n’est pas une course fédérée, c’est du tourisme sportif, à la rigueur », admet M. Rancourt.

« En 2017, nous avions connu plus de problèmes avec les usagers de la route, alors que cette année, les automobilistes ont moins rouspété… »

« Un monsieur et son épouse sont venus du Mexique pour faire le 90 km à vélo, car sa femme n’était pas assez en forme pour monter le mont Mégantic. Des mordus très contents quand ils sont repartis... C’est une récompense pour nous! »

« Tout a très bien fonctionné, la sécurité, l’encadrement… C’est important pour nous, les participants. Ils ont eu un bon lunch, une bonne grimpée du mont Mégantic, une belle arrivée sur la rue Principale, à Lac-Mégantic. Par contre, le parcours est très difficile. Cela nous a aussi enlevé du monde. »

Chez les hommes, le 110 km a été remporté par Joël Gagné, en 3 h 9 m 44,2 sec, devant Maxime Daigle, en 3 h 9 m 51 sec. Gagné a également remporté la montée au sommet du mont Mégantic, en 32 m 42 sec.

Chez les femmes, Sandra Côté a terminé première, en 3 h 37 m 2,7 sec, devant Émilie Fortin, avec un temps de 3 h 45 m 43,2 sec. Sandra Côté a également terminé première de la montée du mont Mégantic, en 40 m 32 s.