Emrick et Charles-Antoine Arès partagent le même objectif : gagner leurs épreuves au Grand Prix de Valcourt.
Emrick et Charles-Antoine Arès partagent le même objectif : gagner leurs épreuves au Grand Prix de Valcourt.

GP de Valcourt: deux frères s’affronteront

Jérôme Gaudreau
Jérôme Gaudreau
La Tribune
Sur la piste, il n’y a pas d’amis. Et encore moins des frères. Que des rivaux. C’est dans cet esprit que Emrick Arès et Charles-Antoine Arès s’affronteront lors du prochain Grand Prix Ski-Doo de Valcourt.

« On s’affrontera dans les mêmes catégories : junior 16-17 ans et sport. On n’était pas dans la même catégorie l’an dernier, donc ce sera une première pour nous à Valcourt », lance l’aîné Emrick Arès, âgé de 17 ans.

Les dates du 7, 8 et 9 février sont encerclées depuis longtemps sur le calendrier des deux frangins.

« Je ne lui laisserai pas de chance, assure le cadet, âgé de 15 ans. On n’a pas le choix d’y aller pour la victoire. Je suis encore plus compétitif quand j’affronte mon frère. Parce que s’il gagne, il va m’en parler longtemps. Je serai sur notre piste locale. Donc notre but est de gagner. »

Emrick Arès aimerait d’ailleurs faire mieux que lors de sa dernière participation à Valcourt et croit en ses chances cette année.

« L’an dernier, ça n’a pas trop bien été. Cette année, j’arrive encore plus confiant. On a fait le championnat au complet mon frère et moi et on est mieux préparés. »

Même si la rivalité sera bien présente, il faut avouer que ce dernier a partagé bien des trucs avec son petit frère.

« J’ai appris sur le tas, soutient Charles-Antoine Arès, âgé de 15 ans. Mon frère m’a montré beaucoup de choses aussi. La motoneige, c’est un passe-temps familial chez nous. On pratique à la piste Bonaire aussi. J’ai appris quelques trucs là-bas également. »

« Quand on était jeunes, on faisait du Mini Z dans la cour, précise Emrick. Il y a trois ans, on a commencé les compétitions et cette année, on en fait encore plus en participant à de nouvelles courses. »

Les deux frères admettent avoir eu la piqûre pour les mêmes raisons.

« J’adore ressentir l’adrénaline des courses. C’est un sentiment bien spécial! »

En rafale

Comme bien des participants en région, Samuel Lavoie portera les couleurs de Ski-Doo en fin de semaine :

« On est au pays du Ski-Doo quand on arrive à Valcourt. On est ici pour défendre nos couleurs devant parents et famille. Le Grand Prix de Valcourt a une très grande importance pour nous. C’est comme notre championnat canadien. »

Les représentants locaux n’ont qu’un seul objectif : gagner sur leur propre piste :

« J’ai gagné à Valcourt en 2018 en circuit, rappelle Samuel D’Astous. J’aimerais ça que ça se reproduise. L’an dernier, j’ai terminé au second rang et je souhaite retrouver le sommet du podium. Je veux me concentrer sur le départ et être constant par la suite. C’est plus difficile faire du rattrapage à cause des dépassements, donc je veux immédiatement obtenir la pôle. J’espère éviter les bris. C’est l’un des plus gros championnats et c’est bon pour la visibilité. »