Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

GP de Grande-Bretagne: la F1, la FIA et Mercedes condamnent les «abus racistes» visant Hamilton

AFP
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
La Formule 1, la Fédération internationale de l’automobile (FIA) et l’écurie Mercedes ont condamné lundi dans un communiqué commun «les nombreux abus racistes sur les réseaux sociaux» dont a été victime le Britannique Lewis Hamilton, vainqueur du Grand Prix de Grande-Bretagne dimanche.

Le septuple champion du monde de l’écurie allemande a été impliqué dans une collision au premier tour avec le Néerlandais Max Verstappen (Red Bull), qui a provoqué l’abandon de ce dernier et l’interruption de la course.

«Pendant et après le Grand Prix de Grande-Bretagne d’hier, Lewis Hamilton a été victime de nombreux abus racistes sur les réseaux sociaux suite à une collision en course», affirme le communiqué.

«La Formule 1, la FIA et Mercedes-AMG Petronas F1 Team condamnent ce comportement dans les termes les plus forts possibles», ajoute-t-il.

«Ces personnes n’ont pas leur place dans notre sport et nous demandons instamment que les responsables soient tenus de répondre de leurs actes», poursuit le texte.

Hamilton a écopé d’une pénalité de dix secondes qui ne l’a pas empêché de remporter le Grand Prix de F1 de Grande-Bretagne, pour la huitième fois de sa carrière, et de revenir au classement du championnat du monde des pilotes à huit points de Verstappen, le leader.

Le Néerlandais a critiqué dimanche «un comportement irrespectueux et antisportif» de la part de son rival qui a fêté sa victoire à Silverstone avec éclat alors que Verstappen était toujours en observation à l’hôpital suite à son violent crash.

«La Formule 1, la FIA, les pilotes et les équipes travaillent à la construction d’un sport plus divers et inclusif, et de tels cas inacceptables d’abus en ligne doivent être soulignés et éliminés», conclut le communiqué commun.

Soutien public du mouvement «Black Lives Matter», Hamilton a créé en 2019 une commission censée améliorer la diversité dans l’univers de la Formule 1 et du sport automobile.

Le pilote Mercedes avait lui-même apporté son soutien il y a une semaine aux joueurs de l’équipe anglaise de football Bukayo Saka, Marcus Rashford et Jadon Sancho, eux-mêmes victimes d’insultes racistes sur les réseaux sociaux après leurs tirs au but manqués en finale de l’Euro-2020.

«Nous devons oeuvrer pour une société qui n’exige pas des joueurs noirs qu’ils prouvent leur valeur ou leur place dans la société uniquement par la victoire», avait posté le natif de Stevenage sur son compte Instagram.