Avec une truite brune de 1,3 kg (presque 3 lb), Benoit St-Denis avait raflé l'un des prix l'an dernier lors du tournoi de pêche de blanche au lac Wallace, dont l'édition 2017 aura lieu samedi. À une épaisseur de plus de 35 cm, le couvert de glace ne soulève aucune inquiétude en prévision de ce rendez-vous.

Glace qui piège et glace qui porte

CHRONIQUE / Le récent décès d'un pêcheur de 76 ans au lac Brome de même qu'un sauvetage sur le lac Magog ont une fois de plus répandu la perception que les amateurs de pêche blanche prennent des risques démesurés.
Des bénévoles du Club de chasse et pêche de Coaticook ont mesuré le couvert de glace du lac Wallace en prévision du tournoi annuel de pêche blanche, qui aura lieu samedi. À 35 cm, la glace a une résistance nettement supérieure au minimum requis pour supporter le poids de pêcheurs, de leurs cabanes et même de leurs véhicules.
« La glace est pratiquement deux fois plus épaisse qu'à pareille date l'an dernier. De manière préventive, nous avions interdit la présence de véhicules sur le lac durant le tournoi en 2016. Nous n'aurons vraisemblablement pas à imposer cette restriction cette année », rapporte Étienne Duteau, l'un des bénévoles de cette association.
Les pêcheurs pourront s'inscrire sur place et toutes les captures effectuées entre 7 h et 16 h compteront pour le tournoi.
Pour comprendre la différence entre la glace qui piège et la glace qui porte, référons-nous au contraste que vous avez sûrement déjà vu en circulant sur l'autoroute 10 en direction de Montréal durant les mois d'avril ou de mai. Alors que la nature est en hibernation de ce côté-ci du mont Orford, des bourgeons sont éclatés et le vert commence à colorer le paysage dès qu'on entre dans le corridor Granby-Bromont.
Dès que l'automne se pointe, les écarts de température reliés à l'altitude provoquent l'effet contraire. Les lacs situés en amont des bassins versants figent plus vite et dégèlent plus lentement.
Les lacs Mégantic et Wallace se trouvent respectivement à 395 et 380 m d'altitude. Bien connu des pêcheurs, l'étang Baldwin, qui longe aussi la frontière, se trouve à 468 m. Pas étonnant qu'il faille patienter plus longtemps avant de sortir les chaloupes au printemps.
En comparaison, le lac Brome est à 193 m et le lac Magog à 192 m. De plus, le lac Magog est le tampon d'une rivière à fort débit qui érode la glace constamment.
Le lac Massawippi est presque toujours le premier accessible en embarcation pour pêcher en avril. Il se trouve à une altitude de seulement 161 m. De plus, les apports d'eau générés par l'irrigation des terres agricoles le gardent constamment en mouvement.
Au contraire, parce qu'ils ne drainent que de petits territoires, les affluents des lacs de tête sont généralement plus petits, moins violents et grugent la glace moins rapidement.
Consultez un site vous indiquant d'un clic l'altitude d'un cours d'eau et vous allez vite comprendre le risque d'être propriétaire d'une résidence secondaire à Venise-en-Québec, en bordure du lac Champlain.
Plusieurs montagnes ceinturant le lac, tant au Vermont que dans l'État de New York, sont des fabriques de neige à plus de 750 et jusqu'à 1000 m d'altitude. Le lac ne se trouvant qu'à quelques dizaines de kilomètres, et qui doit boire toute cette eau lors des crues printanières, est à seulement 28 m.
D'ici à ce que les puissantes cascades d'eau déferlent, on peut pêcher dans la baie Missisquoi sur 25 cm de glace, pouvait-on lire mercredi sur le site d'un pourvoyeur. Je vous prédis par contre qu'ils vont sortir leurs cabanes plus tôt qu'au lac Wallace!