Gilles Couteau a confirmé l’intérêt des Remparts de Québec, du Phoenix de Sherbrooke et des Wildcats de Moncton envers la présentation de la Classique hivernale.

Gilles Courteau voit une Classique hivernale à Sherbrooke

Si le Phœnix avait déjà confirmé dans les pages de La Tribune son intérêt de présenter une Classique hivernale, cette fois, c’est le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, qui voit Sherbrooke comme un bel endroit où présenter l’événement.

Vendredi lors d’un point de presse présenté à quelques minutes de la rencontre entre le Phœnix et les Voltigeurs de Drummondville, Gilles Courteau a également ciblé le stade extérieur de l’Université de Sherbrooke comme site potentiel.

« La Ville de Sherbrooke a manifesté son intérêt, confirme M. Courteau. J’ai aussi parlé avec les Remparts qui regardent cette possibilité. Dans les Maritimes, Moncton est aussi intéressée. Ça prend les installations pour accueillir le tout. L’événement tenu à Drummondville offrira plus d’éléments positifs aux autres organisations. »

Est-ce que ce serait possible de croire qu’une Classique hivernale par année serait présentée dans la LHJMQ ?

« L’objectif que nous avons est d’en faire un événement annuel et il faudra trouver les sites. Shawinigan a montré de l’intérêt pour l’année prochaine. Sinon, ce sera tous les deux ans. Nous ne sommes pas en mesure de déterminer l’ordre chronologique des Classiques hivernales. Tout ce que nous savons, c’est que la prochaine sera à Saint-Tite comme en 2015. Par la suite, nous prendrons les décisions en temps et lieu », a avancé Gilles Courteau.

Le commissaire s’est d’ailleurs dit très satisfait par la qualité de l’organisation à Drummondville.
« Tout a été organisé de main de maître. Toutes les équipes qui ont tenu un entraînement ici ont adoré l’expérience. L’engouement est extraordinaire tout comme le site. Toutes les activités se déroulent sur le site, à proximité de la patinoire, ce qui est très bien. »

Pas de projet d’expansion

Le commissaire s’est finalement avancé sur le futur de la LHJMQ.

« Aucun projet d’expansion n’est envisagé. Aucune équipe n’a manifesté son intérêt de vendre ou de se relocaliser. Pour ce qui est de Trois-Rivières, c’est de la pure spéculation. On travaille très fort pour maintenir les équipes en place. Il n’y a donc pas de franchise à vendre. Même à Terre-Neuve, un projet avec la East Coast Hockey League semble vouloir se dessiner. »