Le vétéran défenseur Isaac Belliveau fait sentir sa présence lorsqu’il est sur la glace.

Général Belliveau

La colonne des buts alloués chez les Cantonniers de Magog qui n’ont concédé que huit maigres réussites à leurs adversaires au cours des cinq premières parties est pour le moins révélatrice sur la tenue de l’équipe en défensive en ce début de saison. Si on veut identifier un général à la ligne bleue chez les champions en titre, difficile d’ignorer Isaac Belliveau.

Le hockeyeur d’Orford n’est pas un inconnu chez les Cantonniers. Il en est à sa deuxième saison avec les Magogois. Jouant la plupart du temps en compagnie de l’excellent William Villeneuve il y a un an, Belliveau avait un rôle plus effacé. Avec le départ de Villeneuve pour les Sea Dogs de Saint John dans la LHJMQ, Belliveau a pris du galon.

Après avoir récolté 21 points, dont un but, la saison dernière, Belliveau a déjà fait mouche à trois reprises en plus de fournir deux passes en cinq rencontres. Il a aussi été sélectionné à trois reprises parmi les trois étoiles du match. De défenseur à caractère défensif en 2017-2018, Belliveau est devenu un joueur complet, lui qui continue de préconiser un style robuste du haut de ses six pieds et ses 175 livres.

Confiance

« J’ai appris énormément depuis l’an dernier. On a tout gagné dans la ligue; on a joué des matches sans lendemain; nous avons disputé la finale de la Coupe Telus; j’ai participé cet été à un camp de perfectionnement de Hockey Canada avant de me diriger au camp d’entraînement de l’Océanic de Rimouski. Cela donne des expériences aussi nombreuses que variées et je transpose ça sur la glace. La saison dernière, j’étais plus hésitant à me lancer en attaque. Ce n’est plus le cas cette année et jusqu’ici ça donne des résultats positifs », déclare celui qui ne se gêne pas pour bousculer l’adversaire.

Il n’est jamais bon de se frotter à Belliveau dans le coin de la patinoire ou devant le filet. « J’ai le gabarit pour faire sentir ma présence sur le plan physique. Parfois les adversaires essaient de m’amener avec eux au banc des punitions. Avec mon style, c’est indéniable que je ne peux pas éviter le banc des punitions. Cependant, j’ai appris à mieux contrôler mes émotions. Je suis plus utile sur la glace. »

L’Océanic de Rimouski n’avait pas de choix de première ronde lors du dernier repêchage de la LHJMQ. Ils parlaient pour la première fois en seconde ronde et c’est Isaac Belliveau qui s’est avéré leur tout premier choix. « Ce fut une belle surprise, mais je ne m’étais pas fait d’idée pour le camp d’entraînement. J’ai tout donné au camp, mais ils ont préféré me retourner avec les Cantonniers pour prendre encore plus d’expérience. Bien sûr que j’étais déçu sur le coup, mais j’ai vite mis ça derrière moi. Lorsque je retournerai à Rimouski, peu importe quand, ils vont réaliser que je ne suis pas revenu à Magog pour m’asseoir sur mes lauriers. Je me plais avec les Cantonniers, surtout au sein d’une aussi bonne équipe », a mentionné le défenseur de 16 ans.

L’entraîneur Félix Potvin ne tarit pas d’éloges envers son vétéran. « Isaac a progressé dans toutes les facettes du jeu. Ce que j’apprécie par-dessus tout, c’est de voir que ses succès à l’attaque n’affectent en rien son jeu défensif. Il est responsable, mature. Pas pour rien qu’il arbore un A sur son chandail », fait valoir Potvin.

Voilà un premier choix qui prend de plus en plus de valeur pour l’Océanic de Rimouski.