Gabriel Polan a terminé la saison régulière en beauté avec le Vert & Or, récoltant 213 verges de gains au sol contre les Stingers de Concordia, samedi dernier.

Gabriel Polan confirme son statut

SHERBROOKE — Gabriel Polan a confirmé son statut de meilleur porteur de ballon au Québec, samedi dernier, grâce à sa prestation de 213 verges et deux touchés face aux Stingers de Concordia. Non seulement termine-t-il au sommet du classement chez les porteurs de ballon au Québec, mais il obtient aussi le meilleur résultat au sol chez le Vert & Or depuis un certain Pascal Fils.

Polan complète la saison régulière 2018 avec une récolte de 666 verges, soit le plus important total depuis les 1331 verges récoltées par Pascal Fils en 2009. Fils avait alors terminé premier à ce chapitre au Québec.

Plus encore, Polan a présenté le plus haut total de verges au sol en une saison depuis les 824 verges présentées par Luis Guimont Mota, des Redmen de McGill, en 2013.

Le principal intéressé a de plus récolté un deuxième titre de joueur offensif de la semaine RSEQ en trois semaines grâce à sa performance face aux Stingers.

Récolter plus de 660 verges au sol est un exploit en soi, surtout lorsque le front offensif du Vert & Or est en reconstruction.

« Je dirais que tout le temps de préparation qu’on a passé, avec les gars de la ligne, pour analyser les autres équipes, pour déceler des tendances, et travailler sur nos forces, a fini par payer. On devait mettre les bouchées doubles, car ce front défensif n’avait pas joué ensemble, la cohésion restait à faire. On a donc visionné beaucoup de vidéos, et on s’est préparés à plusieurs options différentes, à plusieurs scénarios différents. Outre ma bonne forme physique, et le fait que j’ai été en santé toute la saison, c’est cette préparation qui explique en grande partie nos succès au sol », a dit l’étudiant-athlète de quatrième année.

« Je ne m’attendais pas à obtenir d’aussi bons résultats, pour être sérieux. Je me sens plus fort, plus rapide, mais une saison, ça dépend tellement de petits détails. Tout ce que tu peux faire, c’est d’espérer et de ne rien changer dans la routine. »

Gabriel Polan a poursuivi sa progression. Cette saison, il exploite davantage sa vitesse aux extrémités du front offensif, et non plus uniquement son imposant physique au centre.

Il a bulldozé plusieurs courses aussi bien en puissance qu’en rapidité, samedi face à Concordia.

C’était aussi la première fois qu’il récoltait plus de 200 verges de gain en un seul match depuis la victoire des Géants de Saint-Jean en finale du Bol d’or, en 2014. Il avait alors engrangé 239 verges en 39 courses.

Polan montre donc ses meilleures statistiques en carrière à son année d’admissibilité au repêchage de la LCF.

« Notre front a vraiment joué un gros match contre Concordia. J’ai pu montrer ce que je pouvais faire chez les universitaires. »

Québec, le défi

Personne ne se berce d’illusions quant au match de demi-finale contre Québec, samedi.

Après tout, le Vert & Or a perdu 53-0 il y a deux semaines à peine contre le Rouge et Or.

S’il reconnaît que la tâche est immense, Gabriel Polan préfère l’optimisme.

« On ne sait jamais ce qui peut arriver dans un match de football. Aucun match universitaire n’est pareil. Tout le monde doit profiter de ce match de plus à notre saison, les vétérans d’abord. »

« On doit continuer à courir le ballon avec efficacité. Et si on peut avoir du succès aérien comme on a eu samedi, ça ouvre le livre de jeu. Au football canadien, tu te dois de compléter ces passes de 7-8 verges pour avancer. »

L’attaque terrestre du Vert & Or aura toute une commande sur les bras. Le Rouge et Or n’a accordé que 68 verges au sol en moyenne par match, et un seul touché, en huit matchs de saison régulière.