Lorsque Frédérick Gaudreau des Predators de Nashville a déjoué Matt Murray des Penguins de Pittsburgh lors du match numéro un de la finale de la Coupe Stanley, il n'était pas le premier produit des Cantonniers midget AAA de Magog à marquer dans la grande danse du printemps.

Frédérick Gaudreau n'est pas le premier

Lorsque Frédérick Gaudreau, la nouvelle coqueluche des partisans des Predators de Nashville, a déjoué Matt Murray des Penguins de Pittsburgh lors du match numéro un de la finale de la Coupe Stanley, il n'était pas le premier produit des Cantonniers midget AAA de Magog à marquer dans la grande danse du printemps.
Stephan Lebeau et Martin Gélinas l'ont précédé à ce chapitre. Lebeau l'avait fait lors de la quatrième et décisive victoire du Canadien de Montréal en finale contre les Kings de Los Angeles en 1993.
Quant à Martin Gélinas, il a non seulement déjà fait bouger les cordages du filet en finale de la Coupe Stanley, mais il était reconnu comme l'homme des grandes occasions. Ses statistiques en séries sont éloquentes : 56 points, dont 23 buts, en 147 parties éliminatoires. Mais ce qui retient surtout l'attention, ce sont ses six buts gagnants en séries, dont trois en 2004 avec les Flames de Calgary qui avaient éliminé l'adversaire, ce qui lui avait valu le surnom « The Eliminator ». Sur ses trois buts décisifs en 2004, Gélinas en avait réussi deux en prolongation.
Et tout comme Lebeau, Gélinas a soulevé la Coupe Stanley à bouts de bras, plus précisément avec les Oilers d'Edmonton en 1990.
Gélinas, qu'on se le dise, aura de quoi à raconter à ses petits-enfants plus tard. Rappelez-vous que Gélinas, qui a disputé 1273 joutes de saison régulière sous la grande tente, a fait partie de la transaction la plus célèbre de l'histoire de la LNH quand il avait été échangé pour un certain Wayne Gretzky. Le même Gretzky qui était copropriétaire des Olympiques de Hull, là où l'ancien numéro 22 des Cantonniers avait disputé ses deux saisons dans la LHJMQ.
Tout pour faire un bon scénario de film!
Gélinas et Lebeau ont évidemment vu leur chandail retiré par l'organisation des Cantonniers. Ils sont maintenant plusieurs à Magog à souhaiter le même parcours à l'ancien capitaine des Cantos, Frédérick Gaudreau.
Retour sur le repêchage
Quelques réflexions en rafales sur le dernier repêchage de la LHJMQ et... le prochain.
Sur Samuel Poulin, premier choix du Phoenix : c'est un vrai. N'en doutez même pas un seul instant. Je persiste à dire que Poulin est un joueur plus complet qu'Alexis Lafrenière, premier choix du repêchage. On charrie un peu trop quand on compare déjà Lafrenière à Vincent Lecavalier.
Sur Thomy Monette, gardien repêché par le Phoenix en 3e ronde : si Jocelyn Thibault a sélectionné le gardien qui a éliminé les Vikings de Saint-Eustache et Alexis Lafrenière à lui seul lors des dernières séries midget AAA et qui a failli jouer le même tour au puissant Blizzard du Séminaire St-François, la relève de Fitzpatrick est assurée chez le Phoenix. Monette s'est fait un nom dans les séries.
Sur les Cantonniers repêchés : on prévoyait un encan relativement calme, sans éclat, pour les Cantos et c'est ce qui s'est produit. C'est le calme avant la tempête, car dans un an, ce sont les Cantonniers qui voleront le spectacle au repêchage du circuit Courteau. Retenez bien ces noms : William Villeneuve, Patrick Guay, Marshall Lessard et Charles Beaudoin.