Plus de 21 000 $ ont été amassés cette année grâce à la tenue du coquetel du Fonds du sport et du loisir sherbrookois. Sur la photo, on aperçoit Richard Millette, Raymond Tardif, Gaétan Fortier, Éric Bergeron, président du Fonds du sport et du loisir, Jacques Petit et Jean Perrault.

Formule renouvelée, pari réussi

Après 20 ans, le concept du coquetel du Fonds du sport et du loisir sherbrookois s’était quelque peu essoufflé. Le président Éric Bergeron et son équipe ont donc choisi de renouveler la formule et ont gagné leur pari en remettant jeudi soir plus de 21 000 $ aux jeunes dans le besoin.

« C’est le 20e anniversaire et il y a tellement d’activités bénéfices qu’il faut parfois renouveler le concept et innover pour attirer du monde, a expliqué Éric Bergeron, président du Fonds. On souligne notamment ce soir l’apport des bénévoles et des fondateurs Richard Millette, Gaétan Fortier, Jacques Petit, Raymond Tardif et notre cinquième Beatles, Jean Perrault. »

L’événement comptait également sur un nouveau président d’honneur.

« Le gouverneur du Phœnix, Ronald Thibault, a accepté l’invitation et a offert son garage Thibault Chevrolet Cadillac Buick GMC pour la tenue de notre événement, qui accueille plus de 325 personnes. On a décidé d’en profiter pour apporter du changement. On amassera plus de 21 000 $, ce qui est un succès. Je le rappelle : il n’y a aucune dépense de gestion, tous les sous iront aux jeunes. »

« Les jeunes que nous aidons deviendront des citoyens, des employés, des employeurs, des pères ou des mères de famille, a affirmé Ronald Thibault. Avec le Phœnix, on forme d’abord de bonnes personnes et ensuite, des athlètes. Tout le monde peut contribuer à cette cause qui est très importante pour les jeunes et leurs parents. »

Tellement reçu

Tout le monde comme les anciens athlètes : le spécialiste du lancer Marc-Antoine Lafrenaye Dugas en a d’ailleurs profité pour remettre l’argent amassé après avoir coupé sa réputée chevelure.

« J’ai été vraiment impressionné par la générosité des gens, admet-il. Lorsqu’ils ont vu que je m’étais vraiment coupé les cheveux, c’est à ce moment que j’ai recueilli le plus d’argent. Ils repoussent tranquillement, mais ils ne reviendront pas aussi longs. Le sport, ça a changé ma vie. Ce n’est pas une partie intégrante de ma personnalité, c’est carrément ma personnalité. J’ai reçu tellement durant ma jeunesse et maintenant, c’est le temps de redonner. »

Éric Bergeron a profité de l’occasion pour rappeler la mission du Fonds. « Le Fonds, ce n’est pas que le sport, c’est aussi le loisir. On peut entre autres aider les scouts ou bien les jeunes qui sont passionnés par le théâtre. Tant que l’organisme est reconnu pour la ville. Le sport représente environ 75 % de nos dons, mais ça va au-delà de ça. On a remis plus de 500 000 $ à 4500 jeunes depuis 20 ans. C’était petit, c’est devenu grand et nous en sommes fiers. »

Les joueurs du Phœnix Hugo Roy, Nicolas Poulin et Samuel Poulin étaient les invités d’honneur en compagnie du président d’honneur Ronald Thibault, absent de la photo.