Félix Potvin ne s'attend pas à recevoir de cadeaux

Félix Potvin est convaincu que le Blizzard du Séminaire St-François ne sera pas le genre d'équipe à se faire hara-kiri dans la série quart de finale quatre de sept qui s'amorcera vendredi à Magog contre ses Cantonniers.
Le mentor magogois porte le Blizzard en très haute estime. « C'est une équipe très bien structurée qui fait rarement de cadeaux à l'adversaire. Le Séminaire est discipliné dans toutes les facettes du jeu en plus de se tenir loin du banc des punitions. C'est l'équipe la moins pénalisée du circuit cette saison », fait valoir Potvin.
Si les deux formations ont des chiffres qui s'apparentent dans plusieurs domaines, c'est une autre histoire sur la surface glacée. « De toute évidence les deux équipes n'abordent pas les parties de la même manière et n'appliquent pas le même plan de match. On peut ajouter que ça fonctionne pour les deux équipes. On a terminé premier dans notre division et eux viennent d'éliminer Amos dans une série émotive où ils étaient acculés au pied du mur après la troisième partie de leur série. Ce n'est pas une équipe qui agite le drapeau blanc facilement et je suis convaincu qu'ils croient en leurs chances plus que jamais », confie le pilote des Cantonniers.
Prolonger le plaisir
Vendredi, le premier affrontement de cette série mettra aux prises une équipe reposée (Magog) inactive depuis le 8 février, tandis que le Blizzard a éliminé Amos pas plus tard que lundi dernier. Redoute-t-on une carence du côté de l'exécution en début de partie dans le camp magogois?
« Pas vraiment, répond Potvin. Les cinq dernières semaines du calendrier ont été éprouvantes avec en surplus notre participation au tournoi de Drummondville. Cela aurait pu être dangereux pour nous d'entreprendre les séries dès les huitièmes de finale. On avait besoin de récupérer, de recharger la batterie et de soigner les petits bobos. C'est chose faite et croyez-moi, les gars n'ont pas lésiné à l'entraînement. Ils ont hâte de sauter dans la mêlée. Il y a une dizaine de vétérans qui n'ont pas eu la chance de participer aux séries l'an dernier. Ils ont bien l'intention de prolonger le plaisir », assure Potvin.