Félix Potvin n’a pas mis beaucoup de temps pour faire de Toby Lafrance son nouvel adjoint chez les Cantonniers de Magog. Lafrance succède à Olivier Picard qui a fait le saut avec le Phœnix de Sherbrooke.

Félix Potvin choisit Toby Lafrance comme entraîneur adjoint

Félix Potvin a porté son dévolu sur Toby Lafrance pour le seconder derrière le banc des Cantonniers de Magog la saison prochaine. Lafrance remplace Olivier Picard, maintenant un membre du Phœnix de Sherbrooke de la LHJMQ.

Potvin a rencontré au cours des derniers jours une poignée de candidats intéressés par le poste laissé vacant depuis l’embauche de Picard par le Phœnix. Lafrance, 30 ans, a finalement été l’heureux élu.

Ce dernier n’est pas méconnu des amateurs de hockey en Estrie. Après avoir brillé avec les Cantonniers de Magog durant deux saisons, s’avérant même le meilleur compteur de son équipe en 2003-2004 avec 68 points, dont 30 buts, en 41 parties, Lafrance a passé toute sa carrière junior dans la LHJMQ avec les Tigres de Victoriaville, récoltant deux saisons de 40 et 41 buts. Lafrance a aussi évolué en Europe de 2001 à 2016 avant de finir sa carrière de joueur dans la LNAH au Québec.

La saison dernière, Toby Lafrance a fait partie du personnel d’entraîneurs du programme des Carnicas de l’école secondaire la Ruche de Magog.

Félix Potvin était vraiment heureux d’accueillir Toby Lafrance. « Il débarque avec nous avec un profil qui ressemble à celui d’Olivier (Picard) comme joueur. Et tout comme Olivier à ses débuts, son expérience comme entraîneur reste à acquérir, mais cela ne m’inquiète aucunement. On aurait pu dire la même chose de moi lorsque j’ai fait mes débuts avec les Cantonniers. Toby est venu travailler avec l’équipe la saison dernière et déjà j’avais remarqué qu’il était allumé et très apprécié des jeunes. Je me sens très confortable avec Toby à mes côtés », fait valoir Potvin tout en prenant le soin d’ajouter qu’Alex Carrier est toujours l’entraîneur des gardiens de l’équipe.

Lafrance remplira les mêmes tâches que son prédécesseur en ayant la responsabilité des défenseurs et du désavantage numérique.