Le Phœnix a inscrit sept buts contre Brendan Cregan, en route vers une quatrième victoire consécutive.

Et de quatre pour le Phoenix

Le Phœnix accumule les points et continue d’améliorer son sort en grimpant au classement. Maintenant assuré de participer aux séries, à égalité au 7e rang, le club sherbrookois a aligné un quatrième gain consécutif, cette fois contre l’Armada de Blainville-Boisbriand dimanche après-midi au Palais des sports.

Si le Phœnix ne dérougit pas, Félix Robert non plus. Encore une fois, le petit attaquant de Lac-Mégantic a mené les siens vers un gain important grâce à une récolte de deux buts et une mention d’aide. 

« Ça se passe bien pour moi, mais ça prend d’autres joueurs pour aider une équipe à gagner, explique le numéro 71. Mon trio amène de l’offensive, mais c’est aussi le cas pour certains autres trios. On a encore marqué sept buts pour un deuxième match consécutif. On a le vent dans les voiles. » 

Lors des quatre dernières victoires du Phœnix, Robert a amassé 12 points, pour un total de 19 à ses huit dernières sorties. 

« Je dois continuer à garder mon jeu simple même si je connais du succès. Mes coéquipiers amènent la rondelle au filet et moi aussi. On se concentre sur nos passes et nos lancers et je suis bien entouré sur la glace. Je n’hésite pas à fournir le deuxième effort, comme à chaque match, et c’est payant. »

Malgré les neuf buts accordés en deux matchs, Stéphane Julien s’est dit satisfait du travail de sa troupe en général. 

« Avec 20 buts marqués en trois parties, je ne peux pas être déçu, surtout aujourd’hui, a souligné Julien. On a affronté une équipe opportuniste, mais sinon, on a dominé le match. Je ne peux pas en vouloir aux gars parce que notre temps de possession est bon et on a plusieurs chances de marquer. »

Or, le pilote des Oiseaux aimerait voir sa défensive se resserrer. 

« Donner quatre ou cinq buts par match, ce n’est pas l’idéal. Nos gardiens doivent être plus constants. On ne peut pas accorder trois buts en huit lancers à chaque période. Leurs intentions sont bonnes. Je ne suis pas fâché, mais on va travailler là-dessus. On veut arriver en séries avec des gars en confiance à toutes les positions. »

DaSilva amasse les points

Ryan DaSilva a connu une journée de rêve dimanche en amassant quatre mentions d’aide sur les quatre premiers buts des siens. 

« Même si j’ai participé aux quatre premiers buts, j’ai particulièrement aimé nos dix dernières minutes de jeu. Tout le monde souhaitait conserver cette avance. Pour limiter les chances de marquer de l’adversaire, il faut l’apport de tout le monde. Pas juste celui du gardien. »

Bizarrement, il aura fallu attendre le quatrième but du Phœnix avant de le voir prendre les devants dans la partie. 

Si les gardiens ont été parfaits en première période, la situation a changé rapidement au second vingt. Benjamin Corbeil a cassé la glace pour l’Armada, imité par Félix Robert : 1-1.

Alexander Katerinakis a offert la réplique, suivi de Yann-Félix Lapointe : 2-2.

Thomas Lacombe a redonné l’avance à son équipe, mais Benjamin Tardif a amorcé une poussée offensive de trois buts sans réplique grâce aux filets de Bobby Dow et Félix Robert. 

Nathan Lavoie et Frédéric Abraham ont remis les compteurs à zéro dès le début du dernier vingt. Heureusement pour Sherbrooke, Alex-Olivier Voyer et Samuel Poulin ont permis au Phœnix de quitter le Palais avec les deux points. 

Dakota Lund-Cornish a bloqué 22 tirs contre 46 pour Brendan Cregan.

« Brendan a été très bon malgré tout, mais ce soir, je suis surtout content du travail de ma jeune équipe. Plusieurs recrues sont dans notre alignement et ne lâchent jamais », a avancé Bruce Richardson, entraîneur de l’Armada. 

Un week-end parfait

Après une victoire contre Baie-Comeau jeudi, une seconde contre Val-d’Or vendredi et un autre gain dimanche, le Phœnix a rejoint les Islanders de Charlottetown. 

« Même si c’est parfois plus difficile durant nos matchs, on se présente chaque fois et la plupart de nos gars jouent avec confiance depuis notre visite à Charlottetown », admet Julien.