Dawson Mercer revenait au jeu face au Phœnix après avoir purgé ses six matchs de suspension et l’attaquant des Voltigeurs a marqué un but dans un filet désert lors de cette victoire de 2-0.

En panne sèche

Les 2211 amateurs présents vendredi au Centre Marcel-Dionne de Drummondville pouvaient enfin espérer une victoire des Voltigeurs avec l’absence de quelques éléments importants dans le clan du Phœnix et le retour au jeu de leur joueur étoile Dawson Mercer. Les partisans ont été servis. En profitant de la panne sèche offensive du Phœnix, les Voltigeurs ont soutiré deux points aux Sherbrookois, incapables de battre Anthony Morrone, baissant pavillon 2-0.

L’entraîneur Stéphane Julien avait offert une journée de congé à son gardien numéro 1 Samuel Hlavaj en prévision de l’affrontement de samedi au Palais des sports face aux Islanders de Charlottetown, un adversaire plus redoutable. 

Jusqu’à la toute fin du match, les spectateurs ont eu droit à un solide duel de gardiens de but entre Thomas Sigouin et son homologue. 

Parfaits jusqu’au milieu de la troisième période, les portiers ont multiplié les arrêts pour ainsi garder le pointage à zéro. 

Édouard Charron a toutefois brisé l’égalité et malgré les attaques insistantes de Samuel Poulin, Taro Jentzsch et Alex-Olivier Voyer, Morrone s’est dressé tel un mur pour ensuite voir Dawson Mercer marquer le but d’assurance dans une cage déserte avec l’aide de Xavier Simoneau. 

Morrone s’est ainsi offert un blanchissage de 31 arrêts alors que Sigouin a bien peu à se reprocher, en bloquant 23 des 24 tirs reçus. À ses deux dernières rencontres, le second violon du Phœnix n’a accordé qu’un seul but. 

Mercer disputait quant à lui un premier match depuis le geste illégal posé le 2 novembre dernier et sa suspension de six rencontres. 

« On a marqué trois buts lors de nos trois derniers matchs, se désole Stéphane Julien, qui aurait espéré pouvoir compter sur ses gros canons pour pallier la perte de Félix Robert. Samuel et Alex-Olivier ont eu leurs chances sans être dominants toutefois. C’est à mes leaders de faire la différence. Ce n’est pas anodin. L’absence de Robert fait mal. On a raté le filet à plusieurs occasions et Morrone a été excellent, tout comme Thomas. »

Xavier Parent manquait également à l’appel. Tout comme Bailey Peach et Vincent Anctil. 

« Malgré nos quatre blessés, on devrait quand même battre les Voltigeurs cette année, estime le pilote sherbrookois. La seule bonne nouvelle, c’est que durant toute la semaine, notre équipe a travaillé sur sa défensive pour la resserrer un peu et j’ai aimé le résultat. Dans notre zone, nos défenseurs ont fait le travail et l’équipe effectuait les bonnes choses. »

Une première expérience pour Benoit

Le Sherbrookois Christopher Benoit a disputé un premier match avec sa nouvelle équipe. Le nouvel attaquant du Phœnix n’a toutefois pas obtenu de tir au filet et termine la partie avec un différentiel neutre et cinq mises en jeu gagnées sur 12. 

« Il partait de loin. Il n’a pratiqué qu’une seule fois avec nous et la prochaine semaine d’entraînement lui fera du bien même s’il s’est tout de même bien débrouillé dans les circonstances », estime Julien.

Un rival plus imposant

Le match de samedi ne s’annonce guère plus facile. Les Islanders de Charlottetown tenteront de mettre fin à la séquence parfaite du Phœnix à domicile lors de cette rencontre prévue à 18 h au Palais des sports.

Le Phœnix n’a pas perdu une seule fois en onze matchs dans son amphithéâtre cette saison. 

« On se mesurera à une équipe reposée qui misera sur un excellent gardien. Les succès des Islanders sont toujours à l’image des performances de Matthew Welsh. »

Les Islanders affichent actuellement un dossier de 14-7-4-0 et ont remporté leurs deux dernières parties, ce qui leur permet d’occuper le 5e rang au classement général.