La marque de commerce d’Édouard St-Laurent? Son tir du poignet.

Édouard St-Laurent, le nouveau Julien Pelletier

Les partisans du Phœnix se souviennent de Julien Pelletier, probablement le joueur ayant le meilleur tir du poignet de la jeune histoire de l’organisation sherbrookoise. Édouard St-Laurent pourrait bien lui ravir le titre.

La nouvelle acquisition des Oiseaux n’a que 18 ans et déjà, il semble vouloir s’établir comme l’un des leaders dans le vestiaire du Phœnix. 

« Le temps passe vite, admet l’ancien du Drakkar de Baie-Comeau. Je ne suis pas prêt à me qualifier de vétéran encore on dirait. Après deux ans, j’ai toutefois un certain bagage d’expérience. À 16 et 17 ans, je crois qu’un hockeyeur apprend énormément de choses. Je souhaite toujours donner l’effort à 100 % en espérant que les autres joueurs me suivent là-dedans. »

Vendredi, son entraîneur Stéphane Julien n’avait que de bons mots à son égard. 

« Pour nous, c’était important de remplacer nos leaders de 20 ans. Édouard peut être dominant dans cette ligue et il est arrivé en grande forme au camp. C’est difficile de lui enlever la rondelle. Il n’a pas peur d’aller dans les coins, mais sa grande force est son tir. Il me fait beaucoup penser à Julien Pelletier grâce à son lancer du poignet. Il sera en mesure de marquer beaucoup de buts, je crois. »

« À Baie-Comeau, j’ai appris beaucoup de choses, confie St-Laurent. Je veux mettre de l’avant mes forces. Le Phoenix est venu me chercher pour mes qualités offensives, je crois. Mon jeu sans la rondelle est bon aussi. Mais je veux devenir un joueur plus complet. »

À sa deuxième saison dans la LHJMQ, St-Laurent a marqué 14 buts et obtenu 12 mentions d’aide dans un rôle plutôt secondaire au sein de la hiérarchie du Drakkar. 

« C’est très motivant de voir que l’organisation croit en moi et aimerait que je devienne l’un des six premiers attaquants, admet le 16e choix de l’encan 2016. Le Phoenix a donné une bonne monnaie d’échange afin d’obtenir mes services [NDLR Yaroslav Alexeyev et un choix de 3e ronde en 2019]. C’est motivant de savoir que j’ai la confiance de mes entraîneurs et du directeur général. »

D’ailleurs, il se pourrait bien que St-Laurent reçoive une lettre à coudre sur son chandail à moyen terme. 

« J’ai rencontré quelques fois Édouard cet été, informe le pilote des Oiseaux. Mes attentes sont grandes envers lui et il le sait. Si notre directeur général est allé le chercher, c’est parce qu’il s’attend à de belles choses de lui. Il démontre aussi de belles qualités de leader en ayant été capitaine des Commandeurs de Lévis dans le midget AAA. »

« Mon but, c’est de montrer l’exemple. Je ne veux pas faire des jeux de mollesse. Je veux patiner à planche ! » laisse entendre l’attaquant, qui devra se donner une certaine période d’adaptation avant d’être totalement confortable. 

« Je connais bien peu de choses encore de Sherbrooke et de l’organisation. Je suis venu un peu à Sherbrooke cet été, mais sans plus. Les gars devraient se charger de me faire découvrir la région assez rapidement, mais j’aime déjà l’endroit ! » admet-il.