Après avoir porté les couleurs des Harfangs de Sherbrooke, Thomas Bégin souhaite impressionner les entraîneurs du Phœnix lors de son premier camp dans le junior majeur et acceptera de gagner en expérience dans le midget AAA avec les Cantonniers de Magog : « Mais je dois gagner ma place, rien n’est acquis. »
Après avoir porté les couleurs des Harfangs de Sherbrooke, Thomas Bégin souhaite impressionner les entraîneurs du Phœnix lors de son premier camp dans le junior majeur et acceptera de gagner en expérience dans le midget AAA avec les Cantonniers de Magog : « Mais je dois gagner ma place, rien n’est acquis. »

Duo Poulin/Bégin : frères de pension... et coéquipiers

Lors des trois dernières années, Thomas Bégin a idolâtré Samuel Poulin. Après être devenu le deuxième choix du repêchage 2017, tout de suite après Alexis Lafrenière, Samuel Poulin a rejoint sa famille de pension à Sherbrooke. Celle du petit Thomas Bégin, qui évoluait alors pour les Harfangs de Sherbrooke dans le bantam AAA relève. Aujourd’hui, c’est à son tour de revêtir le chandail du Phoenix en étant devenu le choix de 7e ronde de l’organisation sherbrookoise.

Thomas Bégin a suivi de près l’évolution de Samuel Poulin lors des trois dernières années. Sa saison recrue. Le jour où il est devenu capitaine du Phoenix. Ses matchs avec l’équipe étoile de la LHJMQ contre la Russie. Ou bien encore sa sélection en première ronde dans la LNH et la saison de rêve qu’il vient de connaître avec le Phœnix. 

Pendant ce temps, le jeune Sherbrookois ne manquait pas d’inspiration et gravait les échelons : bantam AAA, midget espoir et quelques matchs dans le midget AAA avec les Cantonniers de Magog. 

Cette fois, c’était le tour à Samuel Poulin d’assister aux faits d’armes de son frère de pension. 

« Samuel était chez moi samedi pour suivre le repêchage. J’étais aussi entouré de ma famille. C’était vraiment un beau moment, même si un vrai repêchage au Palais des sports aurait été encore mieux. Sur le moment, Sam était vraiment content pour moi. Je ne m’attendais pas vraiment à être repêché en 7e ronde, encore moins par le Phoenix. »

« Thomas et sa famille étaient à Vancouver quand je me suis fait repêcher par les Penguins de Pittsburgh et c’était à mon tour d’assister à un moment important dans sa vie, a expliqué Samuel Poulin. Il m’a vu grandir au sein de l’organisation du Phoenix et je lui partageais mes expériences au fil des ans. Je le considère comme mon petit frère. À 16 ans, il sait déjà beaucoup de choses sur la LHJMQ et ce sera juste bon pour lui. »

Thomas Bégin

Le capitaine du Phoenix assure que son équipe a fait le bon choix en optant pour Thomas Bégin. 

« On a joué souvent ensemble à la patinoire extérieure. Il est très agile. Il possède de bonnes mains et une excellente vision. Il a un petit gabarit, mais il est encore jeune. »

« Je souhaite me présenter au camp pour gagner des points. Je dois encore améliorer ma force physique et continuer à travailler tous les aspects de mon jeu, comme mon tir entre autres. Je suis petit, mais j’ai pu m’inspirer de nombreux joueurs à petit gabarit qui ont su faire leur marque. Comme Félix Robert avec le Phoenix », soutient Thomas Bégin. 

Après s’être blessé au camp des Cantonniers de Magog, le joueur de centre s’est rapporté aux Harfangs et a obtenu 17 points en 21 parties cette saison. 

« Je n’ai pas pu montrer ce que je sais faire aux Cantonniers lors du dernier camp et j’étais classé dans les rondes 13 et plus par la Centrale de soutien au recrutement. Quand j’ai vu le Phoenix transiger pour obtenir un choix de 7e ronde, je ne pensais pas que c’était pour moi. Ça fait du bien de voir que l’organisation tient à moi. J’ai connu deux bons tournois à Drummondville et Blainville et je crois que c’est à ce moment que je me suis démarqué. Quand je repense à mon premier tour de glace et à mes 10 chutes la première fois que j’ai chaussé les patins, je suis très fier aujourd’hui de ce que j’ai accompli! J’ai l’impression de rêver en ce moment! » conclut Thomas Bégin.