Les entraîneurs Jean-François Joncas des Cougars et Peter Chryssomalis des Cheetahs sont prêts pour l’affrontement final.

Duel Cougars-Cheetahs : une rivalité toujours aussi vivante

Les Cheetahs de Vanier participeront à une 19e finale du Bol d’Or, samedi à Thetford Mines. Alors que les Cougars du Collège Champlain, eux, seront de la finale pour une sixième fois en huit ans. Les deux adversaires de longue date ont complété leur préparation, tout est en place pour la finale du football collégial division 1 entre ces deux rivaux.

Les adversaires se sont jaugés une dernière fois avant l’affrontement, vendredi midi au Cégep de Thetford Mines, lors de la conférence de presse annuelle du RSEQ qui précède l’événement.

Et pas besoin de rappeler 2017 au vétéran pilote des Cheetahs Peter Chryssomalis. Champlain et Vanier s’étaient affrontés lors du Bol d’or, un duel qui s’est terminé 36-0 en faveur des Cougars.

« Samedi, notre niveau de compétition devra de beaucoup meilleur à ce qu’il avait été lors de cette finale de 2017. On doit jouer à la hauteur de ce qu’on est capable. On veut, sans trop dévoiler notre plan de match, isoler certains joueurs en couverture un contre un et avoir les affrontements que l’on pense avantageux. Mais pour réussir cela, on devra gagner la bataille sur les lignes. Les Cougars ont dominé cet aspect du jeu contre le Vieux-Montréal et contre Grasset aussi, alors on doit d’abord et avant tout protéger notre quart-arrière et lui donner la chance de lancer le ballon. Et pour avoir du succès par les airs, il faudra aussi imposer notre jeu au sol », a-t-il expliqué.

Vanier a complété 2019 avec une fiche de 5-4 et ils ont écarté les Élans de Garneau et CNDF pour se retrouver en finale contre les rivaux de longue date.

Et tout ça, avec un quart-arrière de première année, Éloa Latendresse Régimbald.

« Au sein de notre organisation, on pense tous que notre quart-arrière est un jeune homme spécial. On l’a vu progresser rapidement lors de la saison. C’est un compétiteur et un meneur ; on s’attend à ce qu’il fasse des erreurs de jeunesse, mais on sait aussi qu’il fera de gros jeux pour nous », a dit Peter Chryssomalis.

« Champlain et Vanier sont deux programmes qui ont eu du succès à travers les ans ; on les a battus au Bol d’Or, et ils ont fait de même. C’est ça qui bâtit une tradition, une rivalité. Plusieurs gars des deux équipes se connaissent, certains étaient là en 2017, alors tout ça aide à bâtir une bonne rivalité et à donner de bons matchs. »

Plus de constance pour les Cougars

Champlain et Vanier se sont affrontés une fois en saison régulière 2019, une victoire de 21-12 des Cougars.

Les Cheetahs ont pris les devants 12-0 à la demie, avant que les Cougars ne ripostent avec 21 points lors des 30 dernières minutes de jeu.

« On avait commis trois interceptions, dans la zone des buts, en première demie. Défensivement, on avait connu un match en deux temps. On avait un peu généreux en première demie, alors qu’en deuxième demie, on a joué rapidement, avec de la hargne, ce qui est plus représentatif de ce qu’on veut être. J’aimerais que la finale de samedi ressemble à la deuxième demie de ce match-là », a dit Jean-François Joncas.

Affronter un quart-arrière de première année peut-il être un avantage pour Champlain ?

« Je regarde leurs victoires remportées dernièrement, et le kid a gagné les matchs quarts de finale et de demi-finale. Des matchs sans lendemain chaque fois. Et il a bien joué. Il a déjà fait Team Québec, sa jeunesse n’est pas un facteur. Il a aussi beaucoup d’outils autour de lui, dont le receveur Nicholas Cenacle-Altidor, qu’il faudra surveiller de près. Il est très explosif. »

Quant aux Cougars, il faudra s’attendre à ce que ça se passe au sol ; en deux matchs éliminatoires, ils ont amassé un total de 537 verges au sol.

+

Les joueurs ont hâte de sauter sur le terrain

L’unité défensive des Cougars, face à l’attaque des Cheetahs. Il se peut bien que la finale du Bol d’Or au football collégial division 1 se joue sur cette facette bien précise, samedi.

Pendant les Cougars battaient le Vieux-Montréal 31-2 en demi-finale, les Cheetahs faisaient de même, ou à peu près, une victoire de 31-9 face à CNDF.

« Les Cheetahs ont une attaque explosive, dont le receveur Nicholas Cenacle-Altidor et le porteur Dwante Morgan, des excellents joueurs. Ils font bien autant par la passe qu’au sol. Lors du premier match contre eux, on a été généreux en première demie, mais on a eu le déclic en deuxième demie et on a vraiment bien réagi. Si on peut imiter ça samedi, ça va aller », a dit le demi défensif des Cougars, Vincent Delisle.

« Ça va être un match extrêmement serré. Comme nous, c’est une équipe qui sait se battre. Les deux équipes vont se présenter sur le terrain le couteau entre les dents, prêtes à tout pour gagner. Le niveau de confiance est très bon, on sait à quoi s’attendre », a dit le receveur de passes Léo Dubois-Boulanger.

« La rivalité contre eux, c’est du solide. Il ne faut pas oublier, il y a deux ans, ça avait été un match qu’on avait dominé et j’imagine qu’ils l’ont peut-être encore sur le cœur. C’est un match entre les gars de troisième année, qui en était à une première année en 2017. La rivalité va continuer. Est-ce que ça va jouer samedi ? On verra. »

« Ils ont une attaque qui aime prendre des “shots” avec le ballon, ils ont un bon quart-arrière qui peut aussi nous faire mal avec ses jambes. Ils ont de bons receveurs, mais on a aussi de bons demis défensifs. Si on joue tout le monde ensemble, on devrait avoir du succès », a dit le secondeur Sam Gagné.

Le jeune quart-arrière des Cheetahs, Eloa Latendresse Régimbald aura vécu toute une saison 2019, lui qui a été appelé à relever William Vandelac, dès le début de la saison.

« C’est une première grosse année, je ne m’attendais pas à ça. Je savais que j’aurais peut-être une chance de compétitionner avec les autres, mais malheureusement notre quart-arrière partant s’est blessé lors du premier match, alors j’ai dû embarquer rapidement. Ce fut difficile, mais j’ai su m’adapter et on a pu ensemble grandir dans tout ça », a-t-il analysé.

« Les Cougars, on sait un peu comment ils jouent à la base. On connaît leurs forces et leurs faiblesses, ça va être une bonne partie. Ils ont un bon front défensif. Les matchs des séries qu’ils ont gagnés ? Ça ne me fait pas peur du tout, on a une bonne équipe, on va compétitionner, c’est clair. »