Alex-Olivier Voyer du Phœnix de Sherbrooke, la petite Èva entourée de son frère Félix et sa sœur Laurie, Mathieu Patry et son père Alain Patry de la campagne Une maison pour Èva, Ghislain Lemay, directeur de l’Association sportive des jeunes handicapés de l’Estrie (ASJHE), les parents d’Èva, Catherine Roy et Jean-François Nadeau, François Bouchard, président du Club Rotary de Sherbrooke, et Luc Voyer, père de Alex-Olivier Voyer et ancien arbitre de la LHJMQ, ont participé au match amical.

Du hockey pour aider la petite Èva

SHERBROOKE — Les parents d’Èva ont pu compter sur la présence d’Alex-Olivier Voyer, joueur du Phœnix de Sherbrooke, lors d’un match amical organisé dans le but d’amasser des fonds pour la construction d’une maison adaptée.

Pour le joueur des Oiseaux, il est important de s’impliquer dans sa communauté. « Je fais ça pour redonner à la communauté. Aussi, Alain [NDLR Alain Patry, le président de la campagne de financement] est l’un de mes anciens entraîneurs. Il m’a beaucoup aidé quand j’étais jeune. Quand il m’a appelé, j’ai dit oui automatiquement. Ça me fait plaisir de venir faire acte de présence et de voir un petit jeune du Phœnix qui va être avec moi », explique le jeune homme de 19 ans qui cumule 33 points en 31 matchs cette saison.

« Je suis un petit gars originaire de Sherbrooke, poursuit-il. Quand j’étais petit, je regardais les gars du junior majeur avec de grands yeux. Je reconnais ça. Je suis capable de voir la différence que je peux faire dans une communauté comme Sherbrooke. Je suis assez connu avec le Phœnix. »

L’Oiseau n’a pas eu à tordre un bras à son entraîneur pour obtenir l’autorisation de participer à cette collecte de fonds. « J’ai demandé à Stéphane Julien si je pouvais. Même si on a joué la veille, il a accepté et il était fier de moi. C’est bon pour l’organisation, on a beaucoup de fans et on essaie d’augmenter ça », indique le numéro 19.

Quant à eux, les parents de la petite Èva, qui souffre d’une mutation génétique spontanée du gène CDKL-5, une maladie rare, apprécient l’appui de la communauté. « C’est super touchant de voir que des gens ont le goût d’organiser des activités pour nous aider à atteindre notre objectif, lance Catherine Roy, la maman d’Èva. C’est plein de monde qu’on ne connaît pas qui a décidé de s’associer et de faire cette activité pour notre fille. »

L’objectif du match était d’amasser 5000 $.