Jérémy Rainville, Félix Potvin et Patrick Guay se sont rappelés de beaux souvenirs des Cantonniers, mercredi soir, au gala du Mérite sportif de l’Estrie.

Deux Victor s’ajoutent au tableau des Cantonniers

Après avoir mené son équipe en finale de la coupe Telus au mois d’avril dernier, Félix Potvin remporte la palme de l’entraîneur-chef de l’année au gala du Mérite sportif de l’Estrie. Les Cantonniers, qui ont connu une saison extraordinaire en 2017-2018, terminant au premier rang du classement général de la ligue de hockey midget AAA du Québec et remportant la Coupe Jimmy-Ferrari, gagnent également le Victor remis à l’équipe de niveau provincial.

« Je ne pensais pas gagner un autre trophée avec cette équipe! » mentionne l’ancien capitaine des Cantonniers, Jérémy Rainville qui évolue maintenant pour le Phœnix de Sherbrooke.

Quel est le plus beau souvenir de Patrick Guay, l’ancien joueur étoile des Cantos, qui joue aussi avec le Phœnix? « Il y en a beaucoup. Toutes les séries, mais spécialement celle contre les Grenadiers de Châteauguay, alors que l’aréna de Magog était plein. Je vais me rappeler de ça toute ma vie », affirme-t-il.


«  Mes trophées, c’est de voir les jeunes continuer à progresser et de les voir jouer à un autre niveau.  »
Félix Potvin

Même s’ils sont rendus dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les deux coéquipiers suivent les prouesses de leur ancien club. « Ça reste de très bons amis. On reste en contact. Ils ont une meilleure saison que l’an passé en terme de points! Je suis très content pour eux. Je leur souhaite du succès pour les séries », décrit Guay.

« Ils ont battu Lévis qui avait une saison parfaite! ajoute Rainville. Ça montre que les Cantonniers, ce n’est pas n’importe quelle organisation. »

Gagner... encore

Même s’ils sont deuxièmes au classement derrière les Chevaliers de Lévis, l’objectif est de gagner... encore. Selon le président et directeur général des Cantonniers, Renaud Légaré, les joueurs vétérans savent comment remporter. « Les joueurs ont vécu la victoire et ils savent comment ils y sont parvenus. C’est ce qu’ils vont inculquer aux nouveaux. Ils savent comment c’était le fun de jouer dans un aréna plein et ils savent comment ça a été plaisant de gagner. On s’en va vers la meilleure saison de l’histoire des Cantonniers de Magog », rappelle-t-il.

Félix Potvin avait à peu près le même discours. « C’est certain qu’ils ont fait un gros bout de chemin. Plus l’année avance, plus ils sont en mesure de montrer le droit chemin aux plus jeunes. J’aime où l’équipe est rendue présentement », décrit-il.

Un honneur pour Potvin

Celui qui a joué dans la LNH pendant une quinzaine d’années connaît maintenant beaucoup de succès derrière le banc des Cantonniers de Magog. En effet, son équipe a remporté la médaille d’argent à la Coupe Telus l’an dernier, ce tournoi réunissant les meilleures formations canadiennes d’âge midget.


«  Je ne pensais pas gagner un autre trophée avec cette équipe!  »
Jérémy Rainville

Potvin a connu toute une année 2018, étant élu entraîneur par excellence de la saison 2017-2018, remportant la Coupe des Gouverneurs Bob-Chevalier et étant choisi comme entraîneur de l’équipe d’étoiles du circuit Midget AAA.

Ce Victor, Potvin le voit comme un travail d’équipe. « Je ne le vois pas comme un honneur individuel, je le vois comme un honneur collectif, avoue l’ancien gardien. C’était vraiment un groupe le fun, une bonne gang. C’est toujours le fun d’être reconnu dans ce que tu fais. Mes trophées, c’est de voir les jeunes continuer à progresser et de les voir jouer à un autre niveau. D’être reconnu comme ça, ça fait juste montrer qu’on fait probablement les bonnes affaires », dit-il.

Potvin est-il prêt pour l’« autre niveau », comme il l’appelle? « Je suis très bien à Magog, mais c’est certain que j’écoute toujours. Je n’ai pas juste le hockey, il y a d’autres choses que j’aime faire. Ça va prendre de bonnes conditions! » résume-t-il.

Ce qu'ils ont dit

Cécile Lefebvre, arbitre depuis 25 ans d’épreuves combinées, de piste et commissaire. Mme Lefebvre a arbitré lors des Championnats NACAC 2018 et a été juge de marche et commissaire aux Championnats canadiens d’Ottawa.

« C’est un grand honneur et c’est un peu impressionnant. Je ne fais pas ça pour les honneurs; je le fais pour les athlètes. Le secret de la longévité, c’est la passion. Je le suis toujours. C’est plus fort que moi, je ne peux pas faire autrement. Même si je suis un peu fatiguée quand j’arrive, je pense aux performances des athlètes. Je suis vraiment là pour eux », exprime la comptable de formation, qui œuvre à l’international, visiblement fière de son prix.

Nicolas Lemay, président du comité organisateur pour le championnat canadien de Canoë-Kayak

« C’est un gros événement. C’est plus gros que les Jeux du Canada; nous avions 2000 athlètes sur une période de six jours. C’était sur un seul site. Ça a été un gros défi. Du bon monde s’est impliqué et les bénévoles ont fait en sorte que ça a été un succès colossal. Les athlètes qui sont venus ont reconnu la qualité du site, de l’organisation, et des bénévoles. On voulait faire connaître notre sport et de laisser à notre club un lègue d’équipement et d’argent. Tous les objectifs ont été atteints! » explique-t-il, tout sourire, ajoutant qu’il manquerait un peu d’infrastructures afin d’accueillir des événements de plus grande envergure. 

Érika Charron, gagnante de la catégorie bénévole

« Après toutes ces années d’implication, je suis toujours convaincue que le sport est une école pour nos jeunes. Une école qui nous prépare à la vie adulte en apprenant de belles valeurs et de bonnes habitudes de vie. Le monde sportif est de plus en plus complexe et exigeant. Il faut de vrais passionnés pour maintenir les activités, et ce, dans toutes les sphères. Merci aux membres du Club de biathlon de l’Estrie, qui a progressé de façon incroyable depuis sa création. »

Maïté Bouchard, gagnante de la catégorie athlète féminine en sport individuel ou collectif de niveau canadien

« Ça fait toujours chaud au cœur de voir ce que la région fait pour les athlètes, a confié celle qui a remporté l’or au 800 mètres avec son meilleur temps à vie lors d’une compétition internationale d’envergure à Heusden en Belgique. J’étudie en médecine en plus de m’entraîner une ou deux fois par jour. Je dois être disciplinée et motivée. C’est la clef du succès. » - Tommy Brochu et Jérôme Gaudreau