Près de deux ans après la Classique hivernale de Saint-Tite, ce sera au tour de Drummondville d’accueillir l’événement festif.

Deux soucis pour la Classique hivernale de la LHJMQ

À la veille de la Classique héritage entre les Sénateurs d’Ottawa et le Canadien de Montréal, l’organisation des Voltigeurs de Drummondville poursuit sa préparation en vue de la Classique hivernale 2018 de la LHJMQ. Ses principaux soucis? La météo, bien entendue, et les assistances.

Même si le directeur des opérations des Voltigeurs, David Boies, assure que la vente de billets se déroule bien, ce dernier confie que les projections à ce jour sont respectées.

« On avait devant nous un marathon, mais on s’approche rapidement de la ligne d’arrivée et on amorcera bientôt un sprint pour terminer cette course, illustre David Boies. On est là où l’on espérait être aujourd’hui en ce qui concerne la vente de billets. »

Selon ce qu’a appris La Tribune, les 6000 billets disponibles ont été vendus à 55 % pour le match du vendredi 9 février en soirée entre les Voltigeurs et le Phœnix de Sherbrooke et la partie du samedi 10 février en après-midi entre les Voltigeurs et les Tigres de Victoriaville.

« Même les billets pour le midget AAA et la rencontre opposant les Cantonniers de Magog aux Gaulois de Saint-Hyacinthe sont vendus à 35 %. C’est rassurant de savoir que 2000 billets pour ce match ont déjà été distribués. »

La bonne nouvelle : lors de la Classique hivernale présentée en janvier 2015 à Saint-Tite, 45 % des billets avaient été vendus lors des trois dernières semaines.

« À l’approche de Noël, il peut s’agir d’un beau cadeau à offrir. C’est une occasion unique de vivre la Classique qui sera en région. Il y aura beaucoup d’activités entourant ces matchs. Ce sera un vrai happening sportif! » rappelle le directeur des opérations des Voltigeurs.

Le facteur météo

Même s’il n’a aucun pouvoir sur la météo, le comité organisateur s’inquiète par rapport à ce que lui réserve Dame Nature.

« On tente de contrôler ce qui est possible d’être contrôlé. Est-ce qu’on aura droit à un froid intense? Est-ce qu’on devra envoyer les déneigeurs toutes les cinq minutes? On joue avec des conditions extérieures. Les équipes et les spectateurs devront s’adapter, mais nous aussi. On doit faire fonctionner les appareils informatiques et électroniques malgré le froid. On pense aussi à l’Internet. Il n’y a pas nécessairement de température parfaite, parce que la surface est réfrigérée. Mais on espère une température froide, mais douce, avec un ciel dégagé et pas de neige », informe M. Boies.

Ce dernier se montre rassurant en ce qui a trait à la qualité de la glace.

« On a pensé à tout. On aura droit à une qualité de surface LHJMQ. C’était une inquiétude. Mais pour chaque inquiétude, on a trouvé une solution et on est sûrs que tout se déroulera à merveille. Ce sera une fin de semaine historique », conclut le directeur des opérations.