Thomas Grégoire prévoit tout mettre en oeuvre pour épater l'état major de l'Avalanche du Colorado lors du camp des recrues, en septembre prochain.

Deux Phoenix au Colorado : Grégoire et Roy séduisent l'Avalanche

« Les gars de Sherbrooke ont bien fait! » C'est avec une grande satisfaction que le capitaine du Phoenix Hugo Roy et son défenseur Thomas Grégoire ont quitté le camp de développement de l'Avalanche du Colorado, avec un billet de participation au camp des recrues en poche.
Invité au camp des recrues et au camp principal de l'Avalanche, Hugo Roy espère obtenir un contrat pour se joindre au club-école dans la Ligue américaine.
Encore mieux, Roy a déjà obtenu la confirmation de sa présence au camp principal. Et à sa grande surprise, Grégoire a reçu une lettre concernant sa participation au gros camp, mais il en avait jamais été question lors de sa rencontre avec la haute direction. C'est donc à la fin du mois de septembre qu'il aura l'heure juste.
« Je crois avoir été impressionné autant que j'ai impressionné les entraîneurs, estime l'attaquant de Cookshire-Eaton. J'ai connu un excellent camp. Si j'arrive en forme aux autres camps, je mettrai toutes les chances de mon côté pour signer un contrat avec l'Avalanche. Je vise bien sûr la Ligue américaine de hockey cette saison. J'ai 20 ans et je suis rendu exactement là où je souhaitais à cet âge, même si je n'ai pas été repêché. »
Après avoir connu une saison surprenante dans la LHJMQ, Roy pourrait bien avoir disputé sa dernière campagne avec le Phoenix. Ses talents de patineur, de marqueur et ses aptitudes en défensive ainsi qu'au cercle de mises en jeu semblent convaincre l'État-major du Colorado et bien d'autres recruteurs professionnels.
« J'ai eu la chance que je voulais et je l'ai saisie. Je vais me présenter là-bas une fois de plus avec l'intention de forcer la main de l'organisation. J'adore jouer avec le Phoenix, mais comme tous les hockeyeurs de mon âge, j'espère vraiment passer à l'étape suivante. »
Grégoire joue bien ses cartes
Contrairement à son coéquipier, Thomas Grégoire ne peut pas viser la Ligue américaine cette saison en raison de son jeune âge. Le Sherbrookois de 19 ans a toutefois placé ses pions et estime avoir bien joué ses cartes.
« J'ai joué ma game. Je ne suis pas un défenseur qui va défoncer l'adversaire en plein centre de la patinoire. Je voulais montrer ma mobilité et mon talent avec la rondelle ou sans elle. Je joue au hockey depuis que je suis jeune en espérant un jour revêtir l'uniforme d'une équipe de la LNH. Quand je regardais le logo que je portais sur mon chandail, j'avais de la misère à le croire. »
Le défenseur se retrouve toutefois dans l'incertitude.
« Si je me fie à la lettre reçue, tout porte à croire que je serai aussi au camp principal, mais c'est peut-être une erreur parce que je n'ai que 19 ans et il n'a jamais été question du camp des vétérans lors de mes entretiens avec l'équipe. Je vais me présenter au camp des recrues avec le seul et unique but de gagner ma place et de faire assez parler de moi pour améliorer mon sort dans le futur. Je suis arrivé avec le couteau entre les dents et je ferai pareil dans plus d'un mois », explique Thomas, le frère de Jérémy, membre de l'organisation du Canadien de Montréal.
Miser sur l'entraînement
Après six jours de hockey intensif au Colorado, les deux coéquipiers n'ont pas pris de vacances. Bien au contraire.
Thomas s'est entraîné avec son frère à Montréal lors de la dernière semaine et fait la navette entre les patinoires de la région et le gym.
Hugo Roy est aussi en mode prise de poids et garde la forme.
« Les journées étaient intenses à Denver, note Roy. Trois entraînements sur glace par jour, deux hors glace. Mais ce que nous avons le plus appris, c'est comment s'entraîner et agir comme des professionnels. Nous avons aussi été traités comme des pros. Quand je suis arrivé et qu'un préposé a immédiatement pris ma poche, je suis resté surpris. Il suffit de demander quelque chose et c'est aussitôt fait. J'ai goûté à l'expérience et c'est très motivant. »