Chloé Gendreau a réussi à attirer l’attention de Hockey Canada en obtenant une première invitation à un camp national.
Chloé Gendreau a réussi à attirer l’attention de Hockey Canada en obtenant une première invitation à un camp national.

Deux Estriennes dans la mire de Hockey Canada

SHERBROOKE — Le chemin de Chloé Gendreau et Alexie Guay s’est séparé après leur saison chez les Harfangs bantam AA de Sherbrooke. Mais les deux Estriennes se retrouvent en empruntant cette fois la voie qui mène aux Jeux olympiques. 

La Sherbrookoise et la Magogoise ont récemment reçu leur invitation au camp virtuel de la formation canadienne des moins de 22 ans. Si Chloé Gendreau en sera à sa première expérience dans le clan canadien, Alexie Guay demeure une habituée des camps d’Équipe Canada. 

« Je suis super contente pour Chloé! On se connaît bien et elle a réussi à se démarquer pour effectuer une première apparition avec la formation canadienne », a affirmé Alexie Guay. 

Âgée de 19 ans, la sœur de Nicolas Guay, ancien joueur de la LHJMQ ,et Patrick Guay du Phœnix de Sherbrooke, n’avait pu se tailler une place sur l’alignement final de la même équipe l’an dernier à sa première tentative.

« J’avais encore trois ans pour faire ma place et je tenterai dès cette année de me retrouver au sein de l’équipe de développement. J’ai connu une bonne saison avec Boston College, j’ai aussi gagné le bronze en 2018 et l’or avec le Canada chez les moins de 18 ans et j’ai toujours rêvé de me retrouver avec l’équipe olympique du Canada. Chaque invitation me rappelle mon objectif et je veux aller jusqu’au bout. »

Chloé Gendreau estime pour sa part que les succès obtenus avec ses deux compagnes de trio chez les Cougars du Collège Champlain auront mené à cette première invitation. 

« J’étais assez surprise quand je l’ai appris étant donné que c’était une première pour moi. Je pense ne pas le réaliser encore. Je suis vraiment contente. Je vois ça comme un beau défi. J’ai eu beaucoup de reconnaissance cette année au plan individuel, mais ça part clairement du travail qu’on a fait ensemble, Megan Bureau-Gagnon, Zoé Thibault et moi. »

Ce camp sortira de l’ordinaire puisque les joueuses invitées auront un plan d’entraînement à suivre et devront assister à des conférences, mais aucun test physique n’aura lieu. En temps normal, une première sélection de joueuses est effectuée et au final, un alignement officiel est choisi et cette équipe affronte celle des États-Unis dans une série de trois matchs. Pas de championnats ou de tournois officiels dans la classe des moins de 22 ans. 

« C’est malheureux de voir le camp être annulé à cause de la pandémie. Mais je suis déjà très heureuse de me retrouver dans les plans de Hockey Canada. C’est déjà un exploit », confirme Chloé Gendreau. 

Alexie Guay est une habituée des camps d’Équipe Canada et souhaite cette fois intégrer l’équipe officielle des moins de 22 ans.

Poulin-Labelle absente

Malheureusement pour elle, la Sherbrookoise Maude Poulin-Labelle, âgée de 20 ans, n’a pas obtenu d’invitation. Et ce, malgré son excellente saison dans la NCAA.

Celle qui est devenue un pilier de la défensive de l’équipe de l’Université du Vermont aurait espéré être enfin reconnue par Hockey Canada.

« Je m’entraînais avec elle et je l’affrontais aussi cette année dans la NCAA. J’étais convaincue de la voir parmi les joueuses invitées. Elle est très offensive et a connu une très bonne saison. En n’ayant pas participé aux tournois chez les moins de 18 ans, elle a peut-être obtenu moins de visibilité, c’est la seule raison qui me vient en tête. Je suis déçue pour elle », a avoué Alexie Guay.