Annie Lévesque et Annie Martin amorcent leur première saison universitaire à la barre de l’équipe de volleyball du Vert & Or, vendredi soir à compter de 18 h, au Centre sportif de l’Université de Sherbrooke.

Deux Annie écrivent l’histoire

SHERBROOKE — Annie Lévesque et Annie Martin marqueront l’histoire, vendredi soir, quand elles deviendront le premier duo d’entraîneuses à diriger une équipe de volleyball féminin chez le Vert & Or. Les deux anciennes coéquipières, qui ont remporté le championnat canadien de volleyball universitaire en 2003 et 2005 avec le Vert & Or, ont la lourde commande de remettre l’équipe sur les rails après une saison difficile.

La compétition est féroce, au volleyball féminin RSEQ. Avec six équipes, seulement participer aux séries éliminatoires devient un exploit.

Les deux Annie ont commencé leur implication derrière le banc l’an dernier, en accompagnant Denis Fontaine lors de sa dernière saison avec l’équipe.

Après une intéressante saison de recrutement et des tournois préparatoires, elles s’estiment fin prêtes pour le test de la saison. 

Et il y a beaucoup à faire. L’an passé, le Vert & Or a raté les séries, terminant la saison avec une fiche de 4-16.

« Tout est nouveau, tant chez nous que pour nos adversaires, il y a eu beaucoup de changements. Il y a une grosse parité. Ça promet d’être une saison excitante. On se concentre sur le processus. On a parlé aux filles et on leur a expliqué ce qu’on voulait et comment on allait y arriver. On n’est pas une équipe très physique, on est plus petites, on devra donc en défensive ramasser beaucoup de ballons. Pour le début de saison, on met toute notre concentration sur ces petites choses », a dit Annie Martin.

« L’an passé, on a été impliquées dans le recrutement, on est allé chercher quatre bonnes recrues, deux chez les Volontaires du Cégep de Sherbrooke et deux autres chez les Nordiques de Lionel-Groulx. On est vraiment très contentes », a dit Annie Lévesque.

Cette dernière a défendu les couleurs du Vert & Or entre 1999 et 2005. Membre de l’équipe canadienne senior de 2001 à 2008, elle agit à titre d’adjointe à l’entraîneur depuis sa retraite de la compétition internationale.

Quant à Annie Martin, elle a porté le vert de 2000 à 2005. Son étoile s’est frayé une place au firmament du Panthéon des sports de Sherbrooke mercredi soir, lorsqu’elle est devenue la plus jeune intronisée en trois cohortes d’intronisation.

Elle a été membre pendant 10 ans, de 2002 à 2012, de l’équipe nationale de volleyball de plage. Elle a terminé au 5e rang aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004 et elle a participé aux Olympiades de Londres en 2012.

Les deux Annie ont remporté le championnat universitaire canadien en volleyball en 2003 à Québec et en 2005 en Saskatchewan.

Pour la répartition des tâches, après d’âpres parties de roche-papier-ciseaux, les deux Annie ont plutôt convenu d’y aller selon l’inspiration du moment.

« Nos deux têtes travaillent ensemble. Quand on dirige, on est toujours en interaction. Pour le moment, on y va comme ça », a rigolé Annie Lévesque.

« On est chanceuse, cette année un nouveau règlement permet à l’assistant entraîneur d’aller derrière et sur le banc. Avant on devait rester assise. Ça nous aide beaucoup, on peut interagir avec les filles », poursuit Annie Martin.

Une complicité durable

« La charge de travail de l’entraîneur-chef est plus importante. Le fait d’être deux têtes pour faire tout ça, pour trouver des solutions, ça aide », a dit Annie Lévesque.

« On veut retourner au championnat canadien. On voit ça à moyen terme, plutôt. On veut partager notre philosophie avec les athlètes et travailler en qualité, et en constance, tous les jours. On croit que c’est comme ça qu’on peut se rendre aux plus hauts niveaux. Et c’est ce qu’on amène en recrutement. En tout cas, pour les filles qu’on a recrutées l’an passé, ça leur a parlé », a dit Annie Martin.

« Je commence à sentir la fébrilité du début de saison, on veut que ça aille bien, et que ça parte bien. On doit se faire confiance ».

Le Vert & Or a donc quatre recrues sur les 16 joueuses qui forment l’équipe. Emma Bergeron et Florence Viens, qui proviennent des Volontaires, de même que Gabrielle Marceau et Jasmine Houle.

« Emma et Jasmine se sont démarquées comme passeuse lors des tournois préparatoires. Quand on pense qu’on va les avoir toutes les deux pour cinq ans, c’est un énorme atout d’avoir deux très bonnes passeuses dans l’équipe », a dit Annie Lévesque.

« On a une jeune équipe, formée majoritairement de joueuses de première et de deuxième année. On a de très bonnes athlètes », a poursuivi Annie Martin.

C’est le Rouge et Or de l’Université Laval qui sera en ville vendredi soir à compter de 18 h. Québec a perdu en finale contre Montréal, l’an passé.

Les gars en action aussi

À noter que l’équipe masculine de volley du Vert & Or, dirigée par Marc Lussier, sera aussi en action vendredi, mais à 19 h 30, toujours contre Québec.

Nouveauté cette année, la conférence Québec comptera cinq équipes, plutôt que trois. À Montréal, Québec et Sherbrooke s’ajoutent Dalhousie et l’Université du Nouveau-Brunswick.