Dans l'uniforme des Nordiques de Magog, les deux amis Kristopher Letang et David Perron ont ravi les amateurs au tournoi de hockey À bout de souffle David Perron/Attitude Hockey.

Des vedettes et une bonne cause

Le déluge aidant, les gradins de l'aréna Philippe-Bergeron de Bromptonville étaient remplis samedi pour assister à la deuxième édition du tournoi À bout de souffle David Perron/Attitude Hockey. Les amateurs ont pu entre autres voir à l'oeuvre le défenseur étoile des Penguins de Pittsburgh Kristopher Letang, David Perron, Mark Barberio, Jean-François Bérubé, Frédérick Gaudreau, Mathieu Perreault, et Éric Gélinas.
« C'est rare que je dise non quand David m'invite, indique Kristopher Letang qui portait pour l'occasion les couleurs des Nordiques de Magog. C'est le fun de venir aider David pour sa cause, en plus, c'est bon pour se mettre en forme, car c'est un bon calibre de jeu. »
La présence de Letang est d'autant plus appréciée des organisateurs que l'ancien des Foreurs de Val-d'Or a subi une intervention chirurgicale pour une hernie discale qui l'a forcé à manquer les séries éliminatoires.
« C'est un bon test, c'est une des meilleures façons de préparer son cardio pour la saison, explique Letang qui a vu ses coéquipiers éliminer les Prédateurs de Nashville en finale de la Coupe Stanley. Je veux revenir au niveau où j'étais avec les Penguins et amener ce que j'amenais à l'équipe avant ma blessure. »
« C'est le fun d'avoir beaucoup de temps de glace avec d'aussi bons joueurs, souligne pour sa part le défenseur de l'Avalanche du Colorado Mark Barberio. C'est l'été donc personne ne veut se blesser, mais il y a un bon calibre quand même. »
Malgré la présence de plusieurs joueurs de la LNH, c'est plutôt l'équipe composée de Raphaël Girard, Thomas Grégoire, Stefan Matteau, Daniel Audette, Janick Asselin, Giovanni Fiore et Hugo Roy qui a remporté la classe A.
La présence de plusieurs joueurs locaux tels que Jérémy Grégoire, Nicolas Guay, Alex D'Orio et Alex Dostie a également fait plaisir aux amateurs. L'événement n'est toutefois pas destiné qu'aux amateurs puisque plusieurs joueurs de hockey ont la chance de se comparer à des vedettes de la ligue nationale.
« Je venais voir le tournoi lorsque j'avais 15 ans et je voulais imiter Mike Ribeiro et Vincent Lecavalier, explique David Perron, attaquant des Golden Knights de Vegas et organisateur du tournoi À bout de souffle. On essaie aussi d'inspirer des jeunes dans les gradins et peut-être qu'il y en a un quelque part qui va atteindre la Ligue nationale. »
Rester dans l'ombre
Tous les revenus de l'événement sont utilisés pour aider les jeunes défavorisés à faire du sport.
« On essaie de rester dans l'ombre, souligne David Perron, organisateur du tournoi. Quelquefois, ça prend la forme de l'inscription pour un camp avec les Cantonniers par exemple. Jean-François Grégoire me disait que lorsqu'il entraînait dans le Bantam AAA certains jeunes n'avaient pas de lunch pour dîner dans les tournois. C'est l'une des raisons pour lesquelles on fait cet événement-là. »
« Ce n'est pas nécessaire d'être au hockey non plus, précise Jean-François Grégoire, directeur général du tournoi. Notre événement est encore jeune, mais on veut se donner les moyens d'aider de plus en plus de jeunes et c'est beaucoup plus gros cette année en raison de la présence de Kristopher Letang. »
La choix de présenter la classe A en une seule journée semble également être la bonne.
« Les joueurs sont énormément sollicités, admet David Perron. Un joueur de Montréal peut partir de chez lui le matin et être revenu le soir, c'est parfait pour nous et pour les joueurs. »
« L'an passé, on avait organisé le tournoi seulement deux ou trois semaines d'avance et on avait eu de la difficulté, admet le Sherbrookois Jérémy Grégoire. Cette année, on s'est pris plusieurs mois à l'avance et on était prêt. Le tournoi est rodé. »