En 126 parties, les Cantonniers sont sortis victorieux à 95 occasions, subissant seulement 30 revers et annulant à une reprise.

Des chiffres renversants pour les Cantonniers

BILLET / Les Cantonniers de Magog n’ont même plus besoin d’être en action pour m’épater. Profitant d’une première pause cette semaine dans le calendrier de la Ligue midget AAA du Québec, je me suis amusé avec les chiffres des Cantonniers de Magog depuis la saison 2017-2018. Je n’avais jamais fait l’exercice.

Enfoncez bien votre tuque, car vous ne verrez pas souvent de telles statistiques. Depuis le début de la saison 2017-2018, les Cantonniers ont sauté dans la mêlée à 126 occasions, ce qui englobe les parties jouées en saison régulière, dans les séries et à la Coupe Telus (deux fois). Beaucoup de hockey, on en conviendra.

Sur ces 126 parties, croyez-le ou non, les Cantonniers sont sortis victorieux à 95 occasions, subissant seulement 30 revers et annulant à une reprise. Sur ces 30 défaites, 12 l’ont été en tirs de barrage où l’équipe perdante amasse quand même un point au classement. En d’autres mots, les Cantonniers ont été privés de points au classement ou de victoires dans seulement 18 de ces 126 parties. Hallucinant !

On le sait, depuis 2017-2018, les Cantonniers ne font pas que gagner en saison régulière. Ils poursuivent leur travail de destruction en séries avec une fiche de 27-6 et deux conquêtes de la coupe Jimmy-Ferrari. Dans le circuit midget AAA, rien n’est plus gratifiant qu’une victoire aux dépens des Cantonniers. Toutes les équipes veulent battre la formation magogoise. C’est le test ultime. Cela ne doit pas déplaire à Félix Potvin, car ses joueurs font ainsi face à l’adversité très tôt en saison, ce qui ne peut pas nuire pour les séries. 

Il y a un confrère montréalais qui ne s’est jamais fait prier depuis deux ans à encenser les Chevaliers de Lévis et les Estacades de Trois-Rivières. Tout à fait mérité, n’en doutez même pas. Mais jamais un mot sur les Cantonniers. Et pourtant ! 

Ça doit être ça qu’on appelle l’aveuglement volontaire.

Les maths et moi

J’ai toujours eu les mathématiques en horreur sur les bancs d’école. Les chiffres continuent de me hanter aujourd’hui. Lundi dernier, j’écrivais que les Cantonniers détenaient une avance de 10 points au sommet du classement général sur Trois-Rivières et Gatineau. Leur priorité est plutôt de sept points. J’ai aussi écrit que tous les porte-couleurs des Cantonniers montraient au moins un but à leur fiche cette saison, ce qui est faux. Le robuste défenseur Olivier Jacques est toujours en quête de son premier but. Finalement, la semaine de repos, c’est peut-être à moi qu’elle serait la plus utile.

Moins de deux heures

Je veux revenir brièvement sur le dernier match local des Cantonniers contre Charles-Lemoyne. 1 heure 52 minutes, c’est le temps qu’il a fallu pour jouer la partie. C’est ça le midget AAA. Pas de tataouinage les amis ! On patine, on frappe, on exécute, pas de rassemblement inutile pour jouer les gros bras, de sorte que ça dépasse rarement plus deux heures. Ça laisse peu de temps pour aller chercher et bouffer un hot dog, mais personne ne s’en plaint. Deux heures de hockey spectaculaire, intense, et on retourne à la maison avec le sentiment d’en avoir eu pour son argent.

Honneurs individuels

Pour la deuxième fois de la saison, Zackary Michaud a été désigné joueur offensif de la semaine dans le circuit Lévesque. Ce même Michaud, deuxième dans la colonne des marqueurs de la ligue, a aussi mérité le titre du joueur offensif du mois de septembre chez les Cantos. Le gardien Rémi Delafontaine a été l’heureux élu du côté défensif. Sur le plan académique, l’élève-athlète du mois de septembre a été Thierry Bernier.