Hugo Roy a été le premier à déjouer Matthew Welsh jeudi à Charlottetown.

Départ canon à Charlottetown

Le Phoenix a commencé en lion pour finir en mouton jeudi soir à Charlottetown. Heureusement pour la troupe sherbrookoise, les Islanders n’ont pu compléter leur remontée. Résultat : victoire de 4-3 des Sherbrookois.

Un but du capitaine Hugo Roy après un peu plus de deux minutes de jeu, un autre de Samuel Poulin en fin de première période et deux autres filets de Nicolas Poulin et Olivier Crête-Belzile au second vingt et les hommes de Stéphane Julien menaient déjà 4-0 en milieu de rencontre.

« Mais une mauvaise punition de Nicolas Poulin a ouvert la porte aux Islanders », lance l’entraîneur Stéphane Julien.

Ton Cayse, Pierre-Olivier Joseph en supériorité numérique et Keith Getson en désavantage numérique ont tour à tour fait bouger les cordages derrière Brendan Cregan au dernier tiers. Soudainement, le pointage était de 4-3.

« Brendan a fait les bons arrêts au bon moment, fait remarquer Julien. Il s’agissait d’un match de quatre points pour nous. C’était important de se rapprocher des Islanders au classement. Mais je trouve ça dommage de voir encore mes joueurs être punis alors que ce n’est pas le moment de visiter le banc de punition. Il faudra corriger cette mauvaise habitude parce que durant les séries, ça ne pardonnera pas. »

Le portier du Phœnix a bloqué 33 tirs, tout comme Matthew Welsh et Dakota Lund-Kornish. Welsh a été retiré après avoir accordé les quatre buts et Lund-Kornish a été parfait sur 12 lancers.

« Je suis content parce que tout le monde a contribué malgré le petit relâchement. Un peu comme la veille à Bathurst. Nos quatre trios ont bien joué. Même notre quatrième a eu ses chances de marquer. »

Kolby Johnson a effectivement fait son travail en dérangeant l’adversaire, en appuyant ses coéquipiers sur la glace et en jetant les gants face à Hunter Drew.

Notons que les deux frères Poulin ont obtenu la première (Nicolas) et la deuxième étoile (Samuel).

Un détour au Cap-Breton

Le Phœnix affrontera maintenant les Screaming Eagles du Cap-Breton samedi. Une équipe qui se trouve à un point derrière le club sherbrookois, qui occupe désormais le 11e rang au classement général.

« Ce sera peut-être notre troisième match en quatre jours sur la route dans un long voyage dans les Maritimes, mais on profitera vendredi d’une journée de congé. J’ai aimé notre préparation jusqu’à maintenant. Une victoire contre les Screaming Eagles fera la différence entre un bon et un mauvais voyage dans les Maritimes », indique Julien.

Ce dernier rappelle que Cap-Breton mise sur une équipe différente des dernières années.

« Ils sont moins axés sur l’offensive, mais ils possèdent de bons jeunes joueurs qui sont à surveiller. »